Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Corée du Nord a dit vendredi qu'elle laisserait entrer sur son territoire les délégations sud-coréennes voulant présenter leurs condoléances pour le décès du dirigeant communiste Kim Jong-Il. En temps normal, il est impossible pour les Sud-Coréens de se rendre au Nord.

"De nombreuses personnes en Corée du Sud demandent à venir pour présenter leurs condoléances", a dit le gouvernement nord-coréen sur son site internet.

La Corée du Nord avait annoncé jusqu'à présent qu'elle n'accepterait aucune délégation étrangère chez elle pendant la période de deuil de 13 jours décrétée pour le décès de son dirigeant. Elle n'avait toutefois donné aucune précision à propos des Sud-Coréens, qui ne sont pas considérés comme des "étrangers".

"La sécurité et le confort de tous les visiteurs sud-coréens pendant leur visite seront garantis. Il s'agit d'un signe de courtoisie et de respect envers le coeur chaleureux des Sud-Coréens qui souhaitent partager le chagrin de notre deuil national", a précisé le gouvernement nord-coréen.

Eviter que la situation n'empire

Après l'annonce lundi du décès de Kim Jong-Il, le gouvernement sud-coréen avait déjà présenté "ses condoléances au peuple de Corée du Nord" pour le décès du dirigeant, mais pas au gouvernement nord-coréen. Les obsèques de Kim Jong-Il sont prévues le 28 décembre.

Sur son site internet, le gouvernement nord-coréen a appelé "le Sud à ne pas empêcher les délégations et personnes sud-coréennes à venir s'il ne veut pas que la situation ne se dégrade".

L'ancien président sud-coréen Kim Dae-Jung et l'ex leader nord-coréen Kim Jong-Il étaient à l'origine du premier sommet Nord-Sud en 2000.

ATS