Coronavirus: deux cas suspects dans un hôpital de Zurich

Les échantillons sont en train d'être analysés par des tests spécifiques au centre national de référence pour les infections virales émergentes (CRIVE) des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). (photo symbole) KEYSTONE/GAETAN BALLY sda-ats
Ce contenu a été publié le 26 janvier 2020 - 21:33
(ATS)

Après les Etats-Unis et la France, le coronavirus pourrait avoir atteint la Suisse. Deux personnes rentrées de Chine sont suspectées de l'avoir contracté. Elles sont en quarantaine dans un hôpital zurichois. Il ne s'agit pas des premières suspicions sur sol suisse.

Deux personnes qui revenaient d'un séjour en Chine montrent des signes d'une infection et se trouvent actuellement à l'hôpital du Triemli, a indiqué la porte-parole de l'établissement Maria Rodriguez à Keystone-ATS. Elle confirmait une information parue sur le 20Minuten-Online. Le coronavirus pouvant être à l'origine de leurs symptômes, elles ont été mises en quarantaine.

Il n'y a aucun risque pour les autres patients ou les employés. Les échantillons sont en train d'être analysés par des tests spécifiques au centre national de référence pour les infections virales émergentes (CRIVE) des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Une technicienne du CRIVE a précisé à Keystone-ATS que le délai de traitement des échantillons était de huit heures et que des tests étaient effectués trois fois par jour, week-end et jours fériés compris, à 10h00, 15h00 et 20h00. Les résultats des tests zurichois devraient ainsi bientôt être connus.

Au moins dix cas suspects

Les cas suspects zurichois ne sont cependant pas les premiers en Suisse. Depuis trois semaines, le CRIVE a reçu entre 10 et 100 échantillons à tester venus de toute la Suisse, a rapporté Pauline Vetter, médecin en maladies infectieuses et au laboratoire de virologie des HUG. Elle n'a toutefois pas pu donner l'origine précise des échantillons.

Pauline Vetter a également indiqué qu'une ligne d'urgence spécifique pour le coronavirus allait être mise en place lundi. Elle sera destinée au personnel de santé, afin de l'aider à déterminer s'il est nécessaire ou non de réaliser un test, et de leur expliquer la procédure d'envoi des échantillons.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article