Navigation

Correa accuse les multinationales pétrolières de corruption

Ce contenu a été publié le 02 mai 2010 - 01:39
(Keystone-ATS)

Quito - Le président socialiste de l'Equateur Rafael Correa, a accusé samedi les multinationales pétrolières de verser des pots-de-vin à des fonctionnaires pour ralentir la signature de nouveaux contrats à des conditions plus avantageuses pour l'Etat sud-américain.
"Beaucoup de gens ne travaillent pas pour l'Etat, mais pour les compagnies", a déclaré Correa dans son allocution hebdomadaire. "Nous sommes déjà en train d'enquêter sur l'enrichissement illicite de près de 57 fonctionnaires de Petroecuador (compagnie publique), qui devront expliquer d'où viennent les énormes quantités d'argent déposées sur leurs comptes privés", a-t-il ajouté.
Depuis l'arrivée au pouvoir de Correa en janvier 2007, son gouvernement de gauche a remis en cause les conditions des contrats d'exploitation le liant au pétrolier hispano-argentin Repsol-YPF, au chinois CNPC, au brésilien Petrobras, au franco-britannique Perenco ou encore à l'italien Agip.
Récemment, l'exécutif a proposé de nouvelles conventions, prévoyant que l'Etat équatorien prenne en charge les frais d'exploitation et reconnaisse des bénéfices aux entreprises étrangères tout en gérant le brut extrait. Les contrats actuels permettent aux pétroliers de conserver jusqu'à 80% de celui-ci.
Samedi, le président équatorien a une nouvelle fois menacé d'expropriation les multinationales étrangères, en l'absence d'accord sur une nouvelle répartition des bénéfices entre ces compagnies et l'Etat.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.