Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a ouvert une procédure pénale contre une entreprise suisse dans le cadre d'une affaire de corruption liée au producteur norvégien d'engrais Yara International. Ce dernier a annoncé vendredi avoir mis au jour des "paiements inacceptables" en Suisse.

La procédure pénale porte sur les chefs d'accusation de "corruption d'un agent étranger et faux dans les titres", a indiqué vendredi soir à l'ats la porte-parole du MPC, Jeannette Balmer.

Depuis octobre, le MPC "a exécuté des demandes d'entraide" émanant d'Oslo. "Une quantité importante de moyens de preuve a d'ores et déjà été transmise à la Norvège, suite à l'obtention de l'accord des personnes touchées pour une transmission simplifiée", a-t-elle ajouté. Mme Balmer ne pouvait pas donner plus d'informations sur la procédure en cours, car les investigations ne sont pas achevées.

Malversations en Libye

Yara a commandé l'an dernier une enquête externe après avoir découvert de possibles malversations financières en Libye avant 2008, en amont de la création d'une joint-venture, Lifeco, dans ce pays. "L'enquête a maintenant découvert des paiements inacceptables effectués par notre joint-venture en Suisse", a indiqué le groupe vendredi dans un communiqué cité par l'AFP.

Un porte-parole du groupe norvégien a précisé qu'il était trop tôt pour savoir précisément le montant de ces paiements, les dates auxquelles ils ont été réalisés ou encore l'identité des bénéficiaires.

"Il semblerait qu'ils se soient produits dans la durée et qu'il s'agisse de sommes conséquentes", a-t-il dit. La brigade financière de la police norvégienne a été informée, a précisé le groupe. Cette affaire a déjà valu à Yara d'être inculpé pour "corruption aggravée" par la police norvégienne.

L'enquête, élargie à l'ensemble des opérations de Yara à l'étranger, a par la suite décelé d'autres paiements douteux en Inde dans le cadre d'un projet de coentreprise - qui n'avait finalement pas vu le jour - il y a quelques années.

ATS