Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Volleyball - En match aller des quarts de finale de la Challenge Cup, le Lausanne UC s'est incliné (3-0) à domicile face aux Belges de Menin.
Le LUC n'est pas parvenu à déjouer les pronostics pour le second quart de finale de Coupe d'Europe de son histoire. Pour figurer dans le dernier carré, le LUC devra signer un exploit en Belgique mercredi prochain. Il faudra surtout éviter de commettre les mêmes erreurs qu'à Dorigny. Avant toute chose, être capable de gérer un avantage.
Les 5 points d'avance dans la 2e manche (19-14) et les 2 balles de set non converties - il faut aussi souligner une belle résistance et 4 balles de set sauvées - restent en travers de la gorge. "Ce set on doit le gagner mille fois", a regretté le passeur lausannois Diego Reyes. "Si on remporte cette manche, le match prend une nouvelle tournure et ensuite, qui sait ce qui peut se passer? C'est malheureux."
Loin d'être irrésistible, le visiteur a connu plusieurs passages à vide dont il faudra également savoir profiter. Enfin, il sera aussi nécessaire d'ajuster les attaques et de trouver une solution face au brillant contre belge. "Nous avons été très insuffisants au niveau offensif", a reconnu Reyes. "Nous avons une semaine pour trouver la clé."
C'est lorsqu'il a joué sans aucune pression que le LUC a rendu ses plus belles copies cette saison. Pour le match retour, les universitaires auront le choix entre deux casquettes. La première, celle d'une formation qui, dos au mur, devra absolument s'imposer avant de remporter le Golden Set dans la foulée. La seconde, celle d'un "outsider" qui, lorsqu'il n'a aucun poids sur les épaules, peut surprendre plus d'un adversaire. Amstetten (All) et Tallinn (Est) en ont fait les frais aux tours précédents. "Je préfère largement y aller sans pression", a avoué sans aucune hésitation le central Samuel Büschi.

ATS