Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le FC Bâle n'a, cette fois-ci, pas fait faux bond au dernier carré de la Coupe de Suisse.

Sortis aux tirs au but par le FC Sion l'an dernier en quart, les Rhénans se sont, comme les Valaisans, qualifiés pour les demi-finales (5 avril) en s'imposant 3-1 contre le FC Zurich, leader de la Challenge League. Ils iront au prochain tour à Winterthour, chez le tombeur surprise de Young Boys.

Le FC Sion lui recevra le FC Lucerne, qui s'était défait mercredi d'Aarau. La dernière fois que le FCL s'est rendu à Tourbillon pour y disputer une demi-finale, en 2012, il s'y était imposé 1-0 et avait scellé le sort de l'entraîneur sédunois de l'époque, Laurent roussey.

Dans un Parc St-Jacques que l'on espérait mieux garni (25 259 spectateurs), le FCB s'est d'abord laissé surprendre par un rival héréditaire qu'il retrouvera sans doute dès la saison prochaine en 1re division. C'est en effet Oliver Buff, en deux temps, qui a plongé le Joggeli dans la stupeur en ouvrant le score dès la 3e minute.

Mais Bâle n'avait visiblement pas l'intention d'offrir aux Zurichois une place dans la lumière. La formation d'Urs Fischer a rapidement répliqué par Marc Janko, à la réception d'un centre parfait de Michael Lang (20e), puis a pris l'avantage par ce même Lang, avec la complicité maladroite du portier Andris Vanins (41e).

Loin d'être surclassé, le FC Zurich n'a pas changé de style malgré une adversité autrement plus importante qu'en championnat. Il a même souvent tenu en respect le poids lourd rhénan, encore plus bien sûr après l'expulsion de Taulant Xhaka à la 56e pour un second avertissement. Mais en manquant clairement de mordant dans les 40 derniers mètres. Au contraire de Renato Steffen, auteur d'un petit bijou pour le 3-1 à la 75e.

Ainsi donc, une fois de plus, le FC Bâle n'a pas été transcendant mais a quitté la pelouse en vainqueur. Un grand classique du football suisse depuis le début de saison qui n'est, au final, ni une bonne nouvelle pour les amateurs de spectacle, ni pour l'intérêt général du "produit".

Reste que les Bâlois ne sont plus qu'à deux matches d'un doublé - leur huitième titre consécutif en championnat ne fait plus l'ombre d'un doute - et d'une première Coupe depuis 2012, après notamment trois défaites de rang en finale (2013, 2014 et 2015). Ce qui serait pour le président Bernhard Heusler, en partance au terme de l'exercice, une magnifique façon de quitter le FCB.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS