Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un but de Pepe dans les arrêts de jeu et un penalty d'Adrien Silva pendant la prolongation ont donné à un Portugal très mal embarqué la troisième place de la Coupe des Confédérations.

Les champions d'Europe ont battu le Mexique 2-1 à Moscou.

Pour sa première participation, le Portugal monte sur le podium de la Coupe des Confédérations alors que le Mexique loupe l'occasion d'y figurer pour la troisième fois, après sa victoire en 1999 et une troisième place, déjà, en 1995.

Sans Cristiano Ronaldo (parti accueillir ses nouveaux-nés) et avec une équipe remodelée, le Portugal a dominé les 90 premières minutes. Mais les coéquipiers de Nani, capitaine, ont longtemps alterné entre malchance et maladresse, trouvant aussi un grand Guillermo Ochoa sur leur chemin.

Si Fernando Santos avait dû composer avec trois absents (Ronaldo, Raphael Guerreiro et Bernardo Silva), il bénéficiait du retour de suspension de Pepe. Et le défenseur de 34 ans s'est mué en attaquant pour sauver les siens d'une reprise rageuse alors qu'il était resté aux avant-postes à la 91e.

Jusqu'alors, rien n'avait souri aux Portugais. Andre Silva avait notamment vu son pénalty repoussé par Guillermo Ochoa alors qu'il voulait se faire justice lui-même, après une faute du vétéran Rafael Marquez (16e).

Comme une malédiction alors qu'en demi-finale contre le Chili, Claudio Bravo avait déjà arrêté les tirs au but de Quaresma, Moutinho et Nani. Puis le local de l'étape, Neto (il joue au Zenit Saint-Pétersbourg), détournait de la cuisse un ballon dans son propre filet à la 54e. Le Portugal aurait pu égaliser plus tôt mais Guillermo Ochoa a longtemps été impérial.

Revenus de nulle part, les Portugais ont aussi brisé la malédiction des penalties quand Adrien Silva prenait cette fois à contre pieds l'ancien gardien d'Ajaccio (2-1, 104e). Un paradoxe alors que, dominateurs dans le temps réglementaires, ils étaient bousculés dans la prolongation.

ATS