Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - Didier Cuche et Didier Défago trépignent. Alors que le géant inaugural de la saison est programmé dimanche à Sölden, le Neuchâtelois et le Valaisan se disent impatients de retrouver la Coupe du monde.
"Je me réjouis de repartir pour une saison. Et d'autant plus à Sölden où j'ai de bons souvenirs", a lâché Cuche, vainqueur en 2009 et 2e en 2008 sur le glacier du Rettenbach. "L'accueil est excellent ici. A l'hôtel, nous nous sentons comme à la maison."
Très populaire en Autriche, le Neuchâtelois s'est même fait souhaiter la bienvenue par la police locale. "Quand ils m'ont arrêté, j'ai pensé que j'avais fait quelque chose de mal. Mais pas du tout, ils m'ont seulement demandé si je rempilais pour une saison, avant de me souhaiter bonne chance", a-t-il raconté.
Concernant la course de dimanche, Cuche se dit en forme. "J'ai montré de belles choses lors des derniers entraînements", a-t-il relevé. Avec le reste de l'équipe de Suisse, le skieur des Bugnenets a pu bénéficier cette semaine à Saas Fee d'une piste artificiellement verglacée, histoire de retrouver les conditions de Sölden.
"Se préparer sur une telle piste est important pour la confiance. Cela n'avait pas pu se faire l'année dernière et j'avais senti la différence au moment de la course", a rappelé Cuche, qui était 9e après une manche en 2010 avant que le géant ne soit annulé en raison du brouillard.
"Pour commencer la saison du bon pied, j'espère figurer parmi les dix meilleurs. Quant à un top 5, cela serait tout simplement merveilleux", a-t-il conclu.
De son côté, Didier Défago est encore plus pressé de s'élancer. "Je me sens comme un grand gamin qui découvre un nouveau jeu", a imagé le Valaisan, privé de Coupe du monde l'hiver dernier (déchirure du ligament croisé au genou gauche).
"Cela fait onze mois que je travaille pour retrouver mon niveau. J'ai hâte de savoir où j'en suis", a-t-il ajouté. Le Morginois ne s'attend toutefois pas à des merveilles à Sölden en matière de résultat. "J'aimerais me qualifier pour la deuxième manche. L'objectif principal consiste toutefois à me remettre dans le bain, à retrouver le rythme de la compétition."
Pour son come-back, Défago estime qu'il devra avant tout se battre contre lui-même. "J'ai une très grosse envie. Tout le défi consistera donc à canaliser cette énergie. Ma rééducation m'a appris à être patient. Je devrai en faire de même avec la compétition", a-t-il prévenu.

ATS