Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les deux automobilistes bagarreurs comparaissent devant le Tribunal d'arrondissement de Lausanne.

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Une rixe entre deux automobilistes avait fait un blessé grave à la sortie de l’autoroute Lausanne-Vennes, en juin 2016. Les deux hommes, qui se sont battus à coups de couteau et de crosse de hockey, comparaissent depuis lundi devant le Tribunal de Lausanne.

Les deux automobilistes s'étaient bagarrés à la sortie de l’autoroute vers minuit. L’un d’eux avait alors été grièvement blessé par cinq coups de couteau. L’autre conducteur avait reçu des coups de crosse de hockey. Le porteur du couteau, âgé de 23 ans aux moments des faits, avait ensuite pris la fuite, avant de se rendre à la police. Il est en détention préventive depuis 14 mois.

Trop proche sur la route

"Sur l’autoroute, j’effleurais ma pédale de frein pour que l’automobiliste derrière moi comprenne qu’il était trop proche", explique le chauffeur-livreur, qui conduisait avec sa mère et sa sœur dans le véhicule.

"Oui, sur l’autoroute, il accélérait et freinait, mais sans que ce soit vraiment dangereux", explique le hockeyeur. "Puis arrivé au carrefour de la route de Berne, à la sortie d'autoroute, il a planté sur les freins. C’est là que je lui ai fait un doigt d’honneur".

Explication musclée

Le conducteur du premier véhicule est alors sorti de son habitacle pour aller s’expliquer avec l’autre automobiliste. La main droite posée sur un couteau rangé dans sa veste, il lui a demandé de sortir de sa voiture, puis lui a craché au visage par la fenêtre entre-ouverte.

"J’ai compris que j’allais me prendre des coups alors j’ai été chercher la crosse pour me défendre", note le joueur de hockey. Ce Suisse de 27 ans a reçu des coups de couteau dans la bagarre qui a suivi et a dû être acheminé au CHUV. Il est accusé de lésions corporelles simples qualifiées pour les coûts qu’il a donnés.

Un couteau pour intimider

"Il m’a frappé sur le haut du corps et à la tête avec la crosse. J’essayais de saisir sa canne de hockey en évitant les coups et, pour l’intimider, j’ai saisi mon couteau. Je n’avais pas l’intention de le blesser ou de le tuer. J’ai fait des gestes de balayage avec mon couteau sans sentir de résistance", se défend celui qui est accusé de tentative de meurtre, subsidiairement de tentative de lésions corporelles graves et de mise en danger de la vie d’autrui.

Il explique ne pas s’être rendu compte des blessures à l’arme blanche qu’il a causées la nuit de la bagarre. "Vous avez enfoncé le couteau de 9 cm jusqu’à la garde et vous dites ne pas avoir senti de résistance", s'est étonné le procureur Eric Reynaud. "Si le blessé peut parler à ce tribunal, c’est uniquement dû à la chance".

Le procès se poursuit. Le jugement tombera ultérieurement.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS