Toute l'actu en bref

Vellerat, restée bernoise après les plébiscites des années 70, se déclare commune libre en 1982. Elle sera une gêne dans les relations entre Berne et le Jura jusqu'en 1996, quand elle est devenue jurassienne après le feu vert à 90% du peuple suisse (archives).

KEYSTONE/STR

(sda-ats)

Vellerat, qui a défié pendant 15 ans les autorités bernoises pour rejoindre le canton du Jura en 1996, va disparaître en fusionnant avec sa grande voisine Courrendlin. Ses citoyens ont adopté à quatre contre un le projet en votation dimanche.

La fusion se fait de justesse, mais seulement entre trois des cinq communes, situées entre Delémont et Moutier, qui se prononçaient dimanche. C'était le minimum requis.

Les citoyens de Courrendlin, la plus grande des cinq, ont accepté la fusion à 75%. Ceux de Vellerat ont dit "oui" à 82,6%, soit par 38 voix contre 8. La troisième commune à s'associer est Rebeuvelier, où la fusion a passé à 84,7%.

Les deux autres communes ont dit "non": Châtillon à 66,6% et Rossemaison à 76,9%. La participation a oscillé entre 31,8% à Courrendlin et 77,9% à Vellerat, pour une moyenne des cinq communes à 55,5%, selon les résultats transmis dimanche à l'ats par l'administration communale de Courrendlin.

Sous le nom de Courrendlin

La fusion ne concernera donc que les communes de Vellerat, Rebeuvelier et Courrendlin, cette dernière étant le nom de la nouvelle commune fusionnée dès le 1er janvier 2019. Châtillon et Rossemaison demeureront indépendantes.

Comble de l'histoire, Vellerat, qui aura marqué la Question jurassienne durant 15 ans, décide de perdre son indépendance et son nom 21 ans après avoir atteint son but et une semaine avant le vote historique de Moutier sur son appartenance cantonale.

ATS

 Toute l'actu en bref