Toute l'actu en bref

Certains agriculteurs bios travaillent avec l'acupuncture pour maintenir le bétail en bonne santé en utilisant le moins possible d'antibiotiques (image symbolique).

Keystone/AP/Toby Talbot

(sda-ats)

Les vaches qui paissent dans la ferme-école bio de Sorens, dans le canton de Fribourg, recevront de drôles de visites fin mai. Une spécialiste australienne donnera un cours d'acupuncture à des étudiants vétérinaires sur ces quelque 80 spécimens de la race Holstein.

C'est une première pour la Suisse, indique mardi dans un communiqué la Direction fribourgeoise de l'agriculture. Lors de ses démonstrations sous l'oeil des étudiants de la Faculté Vetsuisse de l'Université de Berne, la doctoresse australienne Lena Jürgensen travaillera aussi bien avec des vaches que des veaux.

La médecine complémentaire sur les animaux de rente est en plein développement. De nombreux agriculteurs bios travaillent avec l'homéopathie ou l'acupuncture.

C'est surtout pour maintenir le bétail en bonne santé en utilisant le moins possible d'antibiotiques. Car utiliser des antibiotiques à titre préventif est interdit en agriculture biologique, que ce soit par l'alimentation, par comprimés ou par injections.

Un suivi régulier

La Faculté Vetsuisse de l'Université de Berne collabore en Suisse avec plus de 40 exploitations agricoles pour le suivi des animaux de rente. Depuis presque une décennie, des étudiants viennent à Posieux (FR) pour se familiariser aux techniques du suivi des troupeaux de vaches et de veaux de l'exploitation agricole de Grangeneuve, l'Institut agricole de l'Etat de Fribourg.

La ferme-école bio de Sorens située non loin sera mise aussi durablement à disposition des futurs vétérinaires. L'examen régulier des vaches et veaux de ce cheptel permettra là aussi d'agir de façon préventive pour le vêlage saisonnier et l'alimentation des animaux.

ATS

 Toute l'actu en bref