Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'intégration des produits deutérés permet d'utiliser des synergies à l'intérieur de la filiale Zeochem, indique CPH (archives).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

La division chimie du conglomérat industriel lucernois Chemie + Papier Holding (CPH) va abandonner la production d'engrais à Uetikon (ZH) pour fin juin. CPH intégrera au sein de Zeochem ses filiales CU Deutero et Chemie Uetikon, qui gère les biens immobiliers du site.

Les affaires dans les composés deutérés seront intégrées en tant que segment de produit propre au sein de la filiale Zeochem à Uetikon, indique lundi CPH dans un communiqué. La production d'engrais était jusqu'à présent réunie avec les solvants deutérés au sein de CU Deutero + Agro.

L'intégration des produits deutérés permet d'utiliser des synergies à l'intérieur de Zeochem, indique Alois Waldburg-Zeil, directeur du secteur chimie de CPH, cité dans le communiqué. Au terme de cette restructuration, rétroactive au 1er janvier, Zeochem regroupera à Rüti (ZH) les activités chimiques du groupe en Suisse. Les produits deutérés y seront produits et commercialisés dès 2018.

Huit personnes encore concernées

CPH avait déjà informé de ces mesures au printemps 2016. Il avait vendu une parcelle de terrain industriel d'Uetikon au canton de Zurich, auquel il louait encore le terrain pour deux ans. La production d'engrais devait alors être arrêtée "à moyen terme".

Au total, onze emplois étaient concernés, indiquait à l'époque CPH. Il examinait alors aussi la possibilité de déplacer la production de CU Deutero dans les environs d'Uetikon.

Des plans sociaux ont été élaborés pour les collaborateurs. Environ huit personnes sont encore concernées, a indiqué lundi matin un porte-parole du groupe contacté par l'ats.

Pour mémoire, le chimiste et fabricant de papiers d'emballage a restructuré l'an dernier sa division chimie, avec à la clé la vente de la parcelle d'Uetikon, et renforcé ses activités en Chine. Il avait renoué avec la croissance en 2016, réduisant nettement sa perte, à 7,7 millions de francs, contre un débours de 33,1 millions en 2015.

ATS