Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les mesures au sol des grêlons doivent permettre d’améliorer le système de prévision et d’alerte (archives).

KEYSTONE/AP/MIKE JACOBY

(sda-ats)

Des capteurs de grêle seront installés ces prochaines semaines dans certaines zones sensibles à ce phénomène naturel. L'objectif est de recueillir des données afin de mieux comprendre les mécanismes de la grêle et de prévenir des dégâts.

Ce réseau de mesure est unique au monde, selon l'assureur La Mobilière, qui soutient le projet mené par l'Université de Berne et MétéoSuisse avec un million de francs. Quatre-vingt capteurs de grêle entièrement automatisés seront installés d’abord en Emmental (BE) et dans l'Entlebuch (LU), puis dans d’autres zones sensibles comme le Jura et le sud du Tessin.

Les données recueillies par le réseau de radars météorologiques permettent déjà d'identifier la présence de grêle dans les cumulonimbus. Mais l’analyse de ces données n’était jusqu’à présent guère possible, car on ne disposait pas des observations au sol nécessaires.

"Ce qui nous intéresse, c’est le lieu de l’averse et la taille des grêlons", explique Urs Germann, de MétéoSuisse. Les mesures au sol doivent permettre d’améliorer le système de prévision et d’alerte.

Radars météo, observations de la population, déclarations de dommages causés aux véhicules et relevés des capteurs automatiques de grêle: la combinaison de ces sources est une démarche inédite au niveau mondial, ajoute le communiqué.

Des millions de francs

La grêle occasionne chaque année des millions de francs de dommages aux véhicules, aux bâtiments et aux cultures agricoles en Suisse. Il s’agit du risque naturel le plus coûteux après les inondations.

Le montant moyen d'un dommage de grêle sur un véhicule se monte à 2800 francs, explique La Mobilière, dont près de 9000 clients sont touchés chaque année. Avec près de 11'000 sinistres déclarés, l’année 2017 se situe un peu au-dessus de la moyenne. Une grande partie de ces sinistres ont été occasionnés par l’orage de grêle qui s’est abattu le 31 mai 2017 sur la région de Thoune.

La plus forte averse de grêle jamais enregistrée dans l’histoire de l'assureur s'est produite le 23 juillet 2009: pas moins de 20'000 sinistres de véhicules ont été déclarés ce jour-là.

Les dommages aux bâtiments et aux voitures se sont élevés à plus de 60 millions de francs. A l’échelle de toute la Suisse, l’orage de grêle a causé pour plus de 300 millions de francs de dégâts aux bâtiments, aux véhicules et aux cultures agricoles.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS