Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Vert'libéraux poursuivent leur extension en Suisse romande. La section neuchâteloise a été créée ce soir à Malvilliers avec à sa tête Raphaël Grandjean. Le parti souhaite présenter une liste de candidats en vue des élections cantonales d'avril 2013.

Seul candidat en lice, l'entrepreneur Raphaël Grandjean, 37 ans, a été élu à présidence de cette nouvelle formation neuchâteloise lors de l'assemblée constitutive, qui a également permis d'élire le comité du nouveau parti, constitué de huit personnes, indiquent les Vert'libéraux dans un communiqué.

Le parti est désormais présent dans seize cantons. En Suisse romande, il est implanté dans les cantons de Genève, de Fribourg, de Vaud et maintenant de Neuchâtel.

Ambitions

"Nous avons la capacité d'obtenir des sièges lors des élections au Grand Conseil", a expliqué à l'ats Raphaël Grandjean. Le parti n'a pas exclu de présenter des candidats au Conseil d'Etat. Mais cette démarche doit encore faire l'objet d'analyses. Le président relève l'intérêt que provoquent les Vert'libéraux au sein de la population.

Les Vert'libéraux veulent participer de manière responsable à tous les enjeux de la vie politique cantonale, a souligné le président élu lors de l'assemblée constitutive. "Au regard d'une situation que nous pouvons qualifier de grave, nous ne participerons pas aux clivages en présence: clivages idéologiques, clivages régionaux ou encore clivage partisans", a-t-il dit.

Parti rassembleur

Alors que le canton de Neuchâtel a été secoué par des affaires et qu'il doit réconcilier le Haut et le Bas après l'échec du Transrun, les Vert'libéraux veulent se présenter comme un parti porteur d'un espoir: celui de rassembler. "Nous voulons décloisonner, réunifier, traverser les antagonismes afin de forger notre communauté de destin", a déclaré M. Grandjean.

Avant même leur création, les Verts'libéraux neuchâtelois avaient fait parler d'eux sur la scène politique en refusant d'accueillir dans leurs rangs le conseiller d'Etat Claude Nicati. Le chef du Département de la gestion du territoire recherchait un nouveau parti après qu'il a pris la décision de quitter le PLR.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS