Toute l'actu en bref

Selon le ministre grec Nikos Kotzias (d) - ici avec le chef de la diplomatie iranienne Javad Zarif -, les participants sont convenus d'oeuvrer à promouvoir "le dialogue face au fanatisme et la culture face au terrorisme".

KEYSTONE/EPA ANA-MPA/ORESTIS PANAGIOTOU

(sda-ats)

Les ministres et ambassadeurs de dix pays berceaux de civilisations antiques - dont l'Iran et l'Irak - sont convenus lundi à Athènes de créer un "Forum" de coopération face "au fanatisme et au terrorisme". Une décision prise à l'initiative de la Grèce et de la Chine.

La prochaine rencontre de ce forum ministériel est planifiée pour 2018 en Bolivie, a annoncé le ministère grec des Affaires Étrangères à l'issue de la réunion fondatrice, à laquelle étaient aussi représentés l'Égypte, l'Inde, l'Italie, le Mexique et le Pérou.

Selon le ministre grec, Nikos Kotzias, les participants sont convenus d'oeuvrer, via l'élaboration de projets concrets de coopération, notamment culturelle, à promouvoir "le dialogue face au fanatisme et la culture face au terrorisme".

"Nous n'en sommes qu'au début de notre effort", fondé sur le respect de la diversité des cultures et la conviction "qu'il n'y a pas de culture dominante, plus élevée que les autres", a souligné son homologue chinois Wang Yi.

Dialogue contre intolérance

Le chef de la diplomatie irakienne, Ibrahim Jaafari, présent au côté de ses homologues iranien et égyptien, a pour sa part opposé l'approche du Forum à celle "élaborée par plusieurs intellectuels (d'un) choc des civilisations".

"Nous soutenons le dialogue des civilisations contre l'intolérance dont Daech est le symbole", a-t-il ajouté, en référence au groupe Etat islamique.

Sous la direction de M. Kotzias, la diplomatie grecque tente de développer des relations tous azimuts à l'international, censées affermir la position du pays en dépit de la profonde crise économique et sociale dans laquelle il est englué depuis sept ans.

ATS

 Toute l'actu en bref