Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - A Feuz de jouer. Avec deux super-G à Crans-Montana, le Bernois doit reprendre le maximum de points à Hirscher, son grand rival pour le globe du général.
A trois semaines du dénouement de la saison (12 courses), l'Autrichien mène avec 52 points d'avance sur Feuz et 40 sur le Croate Ivica Kostelic, convalescent jusqu'au 10 mars au minimum. "C'est beau d'être si avancé dans la saison et de pouvoir se battre pour le grand globe", a reconnu l'Emmentalois. "Je ne veux toutefois pas m'emballer. Tout a bien fonctionné jusqu'ici cet hiver. Si je change quelque chose, je pourrais briser ma dynamique", a-t-il prévenu.
Hirscher a, lui, adapté sa tactique. D'habitude cantonné aux épreuves techniques, il a décidé d'empiéter sur le terrain de son rival lors des super-G. Le Salzbourgeois ne manque pas de références dans la discipline, lui qui était vice-champion du monde juniors en 2009. Reste que sa présence en super-G s'est largement raréfiée depuis ses débuts en Coupe du monde. Il ne s'y est essayé que deux fois en 2009 (26e à Are, 11e à Val d'Isère).
"Pour moi, Hirscher reste le favori. Il est devant au classement et je pense qu'il peut frapper fort en super-G", affirmé Feuz. Le Bernois va aussi s'aligner en technique, en géant dimanche à Crans-Montana et dans deux semaines à Kranjska Gora (Sln). "S'il le faut, je pourrais même faire le slalom des finales de Schladming. J'espère toutefois que la décision pour le globe sera tombée avant !", a-t-il plaisanté.
Le fait d'évoluer en Suisse n'émeut pas plus que ça la nouvelle star du ski helvétique. "Jusqu'ici, je n'ai connu que des expériences positives devant mon public", a rappelé le vainqueur de Wengen. "Les spectateurs attendent beaucoup de nous. C'est une pression supplémentaire, mais aussi un plaisir. On a envie de répéter ce qui s'est passé ici il y a 25 ans", a-t-il conclu en référence aux légendaires Mondiaux de 1987, qui avaient vu les Suisses faire un carton sur le Haut-Plateau (14 médailles).

ATS