Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - Didier Défago a aussi eu droit à sa part de lumière à Crans-Montana. Après les prouesses de Didier Cuche en super-G (1er et 3e), le Valaisan a pris une belle 5e place lors du géant dominical.
Venu en voisin de Morgins, Défago a fait vibrer le public valaisan grâce à sa deuxième manche, à l'issue de laquelle il a bondi du 14e au 5e rang. Il n'avait jamais été si bien classé dans la discipline depuis décembre 2006.
"Je suis moi-même un peu étonné", a-t-il reconnu. "Même si je n'ai jamais chômé en géant, mes objectifs cette saison concernaient davantage la vitesse. Or à part mon succès en descente à Bormio, je suis mieux placé en géant", a rappelé Défago, distancé samedi en super-G (19e).
"Je bénéficie en géant d'une constance que je n'ai pas encore dans les autres disciplines. Je n'ai pas vraiment d'explication à ça, hormis le fait que j'ai trouvé plus rapidement les bons réglages en géant", a ajouté le Valaisan, absent sur blessure durant tout l'hiver dernier.
De son côté, Didier Cuche s'est classé 15e pour sa dernière Coupe du monde sur sol helvétique. "C'est une petite déception. Devant un tel public, on veut toujours faire mieux", a commenté le Neuchâtelois. Ses adieux au public suisse restent toutefois un franc succès, avec ses deux podiums en super-G conquis vendredi (1er) et samedi (3e).
"Je ne trouve pas les mots pour décrire l'accueil que j'ai reçu ces derniers jours. J'ai entendu si souvent mon nom que j'en suis presque mal à l'aise. Cela a été encore plus flagrant dimanche. C'est Défago qui signe une superbe performance et c'est mon nom qui continue d'être scandé", a-t-il noté.
Le grand bonhomme de dimanche reste toutefois Massimiliano Blardone. Dauphin de Marcel Hirscher la semaine dernière à Bansko (Bul), l'Italien a pris sa revanche en Valais. Il y a remporté la septième victoire de sa carrière, la deuxième de la saison après son succès en décembre à Alta Badia.
"Les vieux ont pris le pouvoir !", a lâché Blardone qui, à 32 ans, a triomphé au lendemain des victoires de Cuche (37 ans) et Benjamin Raich (33 ans). "Je suis fier de figurer au palmarès avec deux tels champions", a ajouté le facétieux Italien, très soutenu en Valais.
Pour l'anecdote, on notera que la dernière Coupe du monde masculine disputée sur le Haut-Plateau, en 1998, avait déjà souri à un Italien. A l'époque, Alberto Tomba avait mis fin à sa carrière sur une 50e et ultime victoire en slalom. "Je ne lui arrive pas à la cheville avec mon palmarès. Mais maintenant, je peux au moins dire que j'ai, moi aussi, gagné à Crans-Montana", a conclu Blardone.

ATS