Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - Crans-Montana n'en finit plus de couronner des monuments du ski alpin. Après Didier Cuche vendredi, c'est l'Autrichien Benjamin Raich qui s'est imposé lors du second super-G disputé en Valais.
Même battu, Cuche a fait vibrer les 23'000 spectateurs amassés le long de la piste "Nationale". Le Neuchâtelois s'est classé 3e derrière Raich et le Français Adrien Théaux.
"Cela serait presque malhonnête de ne pas avoir le sourire avec ce deuxième podium en deux jours. Il faut savoir être ambitieux, mais aussi accepter que d'autres puissent aller plus vite", a commenté Cuche. "Pour gagner, j'aurais dû être moins gourmand avec mes trajectoires dans le dernier secteur. J'ai dû appuyer deux fois en dehors des lignes suivies par les autres concurrents. Cela m'a fait perdre toute ma vitesse", a-t-il expliqué.
En s'imposant, Benjamin Raich a parachevé son come-back. Le 16 février 2011, l'Autrichien avait quitté les Mondiaux de Garmisch (All) sur une déchirure du ligament croisé au genou gauche. Une sévère blessure qui aurait pu signifier la fin de carrière du Tyrolien, qui fêtera ses 34 ans mardi prochain.
Reste que Raich n'a jamais voulu entendre parler de retraite. De retour sur ses skis en août, le compagnon de Marlies Schild a repris la compétition en douceur, avant de renouer avec le podium en janvier à Adelboden (2e en géant). L'air suisse lui a également bien réussi à Crans-Montana, Raich s'étant également classé 3e vendredi du premier super-G.
"Ce n'était pas facile de revenir. Mais j'ai toujours su que j'allais un jour retrouver les avant-postes", a affirmé le double champion du monde (en 2005) et olympique (2006). "En début de saison, certains médias ont critiqué mon manque de résultats. Mais en tant qu'Autrichien, je sais comment gérer cette pression relative au ski alpin. Certains oublient qu'une carrière est faite de hauts et de bas", a-t-il déclaré.
Si Raich s'y connaît en podiums en Coupe du monde (90 désormais) et en succès (36), il a célébré une grande première en Valais. Le coureur du Pitztal n'avait encore jamais goûté à la victoire dans une discipline de vitesse. "Quand je vois que je suis quatre ans plus jeune que Cuche, je me dis que j'ai encore le temps de faire carrière en descente et en super-G !", a lâché l'Autrichien.

ATS