Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les sauveteurs ont continué lundi de dégager des corps calcinés de la carcasse de l'avion de ligne nigérian qui s'est écrasé dimanche sur un quartier de Lagos, la plus grande ville du Nigeria. Le crash a tué les 153 personnes à bord et un nombre encore indéterminé d'habitants. 137 corps ont été dégagés des décombres.

Les autorités nigérianes ont annoncé lundi que les deux moteurs de l'avion étaient défaillants avant que l'appareil ne tombe, et promis d'améliorer la sécurité aérienne. L'équipage a "lancé un appel de détresse car les deux moteurs ont lâché", a déclaré le directeur de l'Aviation civile, sans préciser les raisons des pannes.

Les débris de l'appareil, un MD-83 de la compagnie intérieure nigériane Dana Air, continuaient à se consumer lundi matin près de l'aéroport international de Lagos. Deux grues ont entrepris de les dégager, sous les yeux de plusieurs milliers de personnes.

Deuil national de trois jours

Selon les médias locaux, cet accident est le plus grave survenu au Nigeria depuis 1992, lorsqu'un C-130 militaire s'était écrasé, tuant les 200 personnes à bord. Les 153 personnes à bord du vol de Dan Air sont considérées comme décédées, selon un porte-parole du Bureau d'enquête sur les accidents du Nigeria. Le nombre d'habitants tués par la chute de l'appareil n'est pas encore connu.

L'avion transportait 147 passagers et six membres d'équipage, a précisé un porte-parole de la compagnie. Le pilote était américain et le co-pilote indien, a précisé lundi le directeur de l'Aviation civile.

Le pays le plus peuplé d'Afrique a commencé à observer un deuil de trois jours décrété dimanche par le président Goodluck Jonathan. Les drapeaux ont été mis en berne. Le président a également ordonné dimanche soir une "enquête la plus complète possible" sur l'accident.

ATS