Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tripoli - L'analyse partielle des boîtes noires de l'Airbus A330-200 qui s'est écrasé le 12 mai à son atterrissage à Tripoli n'a mis en évidence aucun défaut technique de l'appareil avant l'accident. Les causes de la catastrophe, qui a fait 103 morts, restent pour l'instant inconnues.
L'avion de la compagnie Afriqiyah Airways, qui était pratiquement neuf, semble avoir touché le sol plusieurs centaines de mètres avant le début de la piste, a précisé le président de la commission d'enquête libyenne.
Il a déclaré que l'enquête se poursuivait et qu'il faudrait encore attendre un certain temps avant que la commission puisse présenter ses conclusions définitives.
Le rapport d'étape exclut également une explosion ou un incendie à bord de l'avion avant l'accident et dit ne voir aucune preuve d'un acte terroriste.
Le pilote n'a pas appelé la tour de contrôle avant le crash pour requérir une aide technique ou médicale, à en croire les informations obtenues grâce aux enregistreurs de vol.
Soixante-dix Néerlandais sont morts lorsque l'avion a percuté le sol juste avant la piste d'atterrissage à l'aéroport de Tripoli. Un Hollandais de neuf ans, seul survivant du crash, avait été rapatrié le 15 mai au Pays-Bas.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS