Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zurich - Malgré de vives critiques, les actionnaires du Credit Suisse ont donné leur aval au versement de près de 150 millions de francs à la direction générale pour 2009. Sans surprise, l'assemblée générale du numéro deux bancaire helvétique a largement approuvé le rapport sur les rémunérations.
Les opposants, dont la fondation genevoise Ethos, ont néanmoins obtenu 29,16% des voix représentées, alors que 66,23% des actionnaires ont soutenu la proposition du conseil d'administration d'accepter le rapport. Commentant le résultat du vote consultatif, le président du conseil d'administration, Hans-Ulrich Doerig, a pris acte du nombre "considérable" de voix négatives.
A l'avenir, le Credit Suisse améliorera ses programmes de rémunérations afin d'obtenir un meilleur appui des ses actionnaires, a ajouté M. Doerig. "C'est très important à nos yeux".
A l'issue du vote, le directeur d'Ethos Dominique Biedermann a demandé que le conseil d'administration consulte à l'avenir les actionnaires avant de décider des rémunérations. "Cela permettrait d'empêcher les actuels excès, a expliqué le Genevois.
Si le résultat du vote ne constitue pas une surprise, le scrutin n'en n'a pas moins été précédé d'une longue discussion. Au total, 22 actionnaires sur les 2394 ayant rallié le Hallenstadion à Zurich se sont exprimés, dont une majorité pour dénoncer les salaires excessifs versés aux dirigeants de la banque.
Ayant effectué quelques calculs avant l'assemblée, un petit actionnaire s'est emporté contre le salaire de Brady Dougan, lequel a gagné 225 fois plus qu'un conseiller fédéral. Un montant équivalent aux rémunérations cumulées de 2225 vendeuses en Suisse ou 500'000 couturières dans le tiers-monde, a-t-il ajouté.
Le Père Noël s'est aussi invité à la réunion, le président des Jeunes socialistes, Cédric Wermuth, se présentant à la tribune déguisé de la sorte. Et celui-ci d'estimer que les dirigeants du Credit Suisse "croient probablement encore à l'existence du lapin de Pâques et du Père Noël, s'ils pensent qu'une rémunération de 91 millions de francs est équitable".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS