Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A côté de Credit Suisse, JPMorgan interdit à ses employés de venir au bureau le week-end, afin de protéger les addicts au travail (archives, image d'illustration).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Entre 19h00 le vendredi et midi le dimanche, les banquiers d'affaires de Credit Suisse n'ont pas le droit de se rendre au bureau. Par cette mesure, la banque souhaite améliorer le sort des mordus du travail.

Le numéro deux bancaire helvétique veut ainsi en finir avec l'image de "bourreau de travail" qui colle à la peau de cette branche d'activité. La disposition vise aussi à contenir les flux, au niveau de son personnel.

Intitulée "Protéger le vendredi soir" ("Protecting Friday Night"), la directive a été transmise aux employés du service de la banque d'affaires et des marchés de capitaux en Europe, au Proche-Orient et en Asie, lundi dernier, par courriel. Seule exception à la règle: la survenue d'une transaction importante ou en préparation, explique un salarié de la banque.

Mort d'un stagiaire

D'autres services de l'établissement se livrent à des tentatives identiques. Mais pour les employés des autres branches, un tel décret peut sonner bizarrement, dans le sens où ils terminent habituellement leur travail le vendredi soir. Ce qui n'est pas le cas pour les banquiers d'affaires, qui restent souvent au bureau le vendredi soir jusqu'à tard dans la nuit et y reviennent fréquemment le week-end.

Et cela est tout particulièrement vrai pour les plus salariés les moins âgés. En 2013, le décès d'un stagiaire allemand avait fait les gros titres des journaux. Décrit comme très ambitieux, le jeune homme travaillait dans une agence de la Bank of America à Londres. Et selon les informations d'alors, il est mort d'épuisement.

Equilibre à trouver

"Nous avons beaucoup réfléchi à la manière de donner plus de temps libre à nos salariés", souligne Marisa Drew, co-responsable des marchés globaux à Londres. Pour trouver une solution, l'institut bancaire a interrogé ses salariés sur la gestion de leur fin de semaine ainsi que leur équilibre entre vie professionnelle et privée. Les jeunes employés ont tout particulièrement été mis à contribution.

A noter que Credit Suisse n'est pas l'unique établissement à se soucier de ses salariés. Les personnes oeuvrant pour UBS peuvent prendre deux heures de pause personnelle par semaine. Celles employées par la banque américaine JPMorgan ont droit à des week-ends de liberté, sous réserve de grosse affaire en cours comme pour le numéro deux bancaire helvétique.

ATS