Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les experts de Credit Suisse révisent à leur tour en nette baisse leurs prévisions de croissance pour l'économie helvétique, pénalisée par la crise de l'euro. Ils anticipent désormais une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 0,5% pour 2012, contre encore 2% escomptés en septembre.

Les perspectives pour les principaux débouchés des produits suisses se sont nettement assombries, relève la grande banque, au vu de l'enlisement de la crise en Europe.

Au ralentissement de la croissance européenne succédera celui de l'économie suisse. Conséquence de la baisse de la demande étrangère, les exportations helvétiques ne devraient progresser que de 1% l'an prochain, précise Credit Suisse dans ses dernières prévisions économiques publiées jeudi.

Quelques lueurs

Les dépenses d'équipement devraient, elles, légèrement fléchir, de 1,5%. L'inquiétude gagne les entrepreneurs. Les stocks diminuent et les nouvelles embauches s'effectuent avec grande prudence, indique l'indice des directeurs d'achat (PMI) de la banque. Le chômage devrait grimper à 3,3% l'an prochain, prévoit celle-ci.

Des lueurs toutefois à ce sombre tableau. Le bâtiment (+1,5%), de même que la consommation intérieure (+1,1%), devraient soutenir la conjoncture helvétique. Le pouvoir d'achat des ménages ne devrait pas être rongé: les prix demeureront sous pression (+0,4%). L'inflation ne constitue pas un problème pour l'heure, selon les économistes de Credit Suisse.

Brutal coup d'arrêt

Ces derniers rappellent les tourments alentours, qui préoccupent la Suisse également, pour expliquer leur révision. En dépit des cures d'austérité, des interventions de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI), "la croissance du Vieux Continent n'échappera pas à un coup d'arrêt brutal".

Sa consoeur UBS avait mercredi déjà revu en baisse ses perspectives. Les experts du numéro un bancaire helvétique tablent désormais sur une hausse du PIB de 0,8% pour 2012. Pour sa part, le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) prévoyait en septembre une croissance de 0,9%.

ATS