Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal criminel de Neuchâtel a condamné mercredi à treize ans de réclusion un jeune homme pour le meurtre de son ex-petite amie, tuée à coups de couteau en novembre 2010 à Peseux. Le Ministère public exigeait une peine de 22 ans de prison.

Pour le Tribunal, l'acte fatal commis par l'accusé ne recèle pas le caractère odieux et l'absence de scrupule propre à l'assassinat. Il n'est pas dissociable de la relation contrariée du prévenu avec son ex-amie, âgée tout comme lui de 19 ans au moment des faits.

Le Tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers, siégeant à Neuchâtel, a rendu son verdict à l'issue d'un procès de deux jours, auquel a assisté un public nombreux, touché par le drame survenu le 24 novembre de l'année dernière.

Préméditation

Même s'il s'était muni d'un couteau, le meurtrier n'a pas prémédité son acte, a encore estimé la justice. L'accusé s'est retrouvé dans une situation où il n'a pas supporté de perdre la face. Ses mensonges et ses malversations financières vis-à-vis de son amie allaient être découverts.

Concernant la lourdeur de la peine, les trois juges institués ont suivi les requêtes de la défense, mais aussi celles des parties plaignantes. La famille de la victime a en effet souhaité que justice soit rendue sans esprit de vengeance.

Jacques Barillon, défenseur du prévenu, a plaidé en faveur d'un trouble de la personnalité chez son client, aux effets décuplés par sa déception relationnelle.

Rupture mal vécue

L'accusé domicilié à Granges (SO) a tué son ex-petite amie quinze jours après une rupture mal vécue. Muni d'un couteau, il avait fait le trajet de Granges à Peseux pour restituer des vêtements, ainsi qu'une carte de crédit à la jeune femme.

La carte de crédit était délestée des 8500 francs qu'elle recouvrait. Une dispute s'en est suivie. La jeune femme de 19 ans a succombé aux blessures de 23 coups de couteau assénés par l'accusé.

Le tribunal a retenu en faveur du prévenu son jeune âge et l'absence de passé criminel. L'accusé est entré en crise en 2009 dans un contexte d'échecs scolaires répétés.

ATS