Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

François Fillon a déclaré vendredi qu'il accepterait la décision, "quelle qu'elle soit", de la mission de conciliation d'Alain Juppé pour mettre fin aux déchirements à la tête de l'UMP. Mais il refuse par avance les conclusions de la commission des recours à la suite de l'élection controversée de dimanche dernier.

Interrogé sur la radio "RTL", l'ancien Premier ministre français a indiqué qu'il ne pouvait faire confiance aux instances actuelles de l'UMP "parce qu'un parti politique, ce n'est pas une mafia; un parti politique ce n'est pas un endroit où on peut étouffer les affaires et refuser de dire la vérité."

"Il faut qu'il soit bien clair que c'est Alain Juppé et l'instance collégiale qu'il va constituer qui est en charge de la totalité de l'examen des points de litige entre Jean-François Copé et moi", a-t-il ajouté.

Interrogé sur l'intention de Jean-François Copé de réunir à partir de dimanche la commission des recours de l'UMP, l'ancien Premier ministre a répondu: "C'est une solution que je n'accepte pas."

Il a ajouté: "les seules conclusions que j'accepterai, c'est celles d'Alain Juppé et de sa commission (...) Je me plierai à la décision de la commission Alain Juppé quelle qu'elle soit."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS