Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Budapest - Le gouvernement hongrois s'est employé à calmer le jeu samedi en annonçant que le déficit public pourrait être finalement contenu sous conditions, après des déclarations alarmistes jeudi comparant la Hongrie à la Grèce qui ont fait chuter les marchés.
"L'économie hongroise a des fondations saines et l'objectif de déficit de 3,8% du produit intérieur brut (convenu par le précédent gouvernement socialiste avec le Fonds monétaire international, ndlr) peut être maintenu pour 2010 si nous adoptons certaines mesures", a assuré Mihaly Varga, secrétaire d'Etat auprès du premier ministre Viktor Orban, lors d'une conférence de presse organisée en urgence à Budapest.
Le même affirmait pourtant encore jeudi que le déficit public pourrait atteindre 7% à 7,5% jugeant que la situation laissée par le précédent gouvernement socialiste "était moins bonne qu'anticipé" avant les élections d'avril qui ont porté le parti conservateur Fidesz au pouvoir.
Un dirigeant de premier plan de ce parti, Lajos Kosa, avait même comparé la situation de la Hongrie à celle de la Grèce craignant une proche faillite.
Ces propos alarmistes avaient fait chuter la devise hongroise, le forint, et la Bourse de Budapest, tout en renchérissant les couvertures de défaillance des titre de dettes de la Hongrie.
La Hongrie a bénéficié en novembre 2008 d'une aide de 20 milliards d'euros du FMI, de l'Union européenne et de la Banque mondiale qui a permis d'éviter la banqueroute de l'Etat. Budapest a renoncé fin 2009 à utiliser la quatrième et dernière tranche du crédit du FMI en raison de l'amélioration de la confiance des investisseurs dans ses titres de dette et son économie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS