Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les principaux dirigeants européens et le FMI ont convoqué mercredi soir à Cannes (France) le Premier ministre grec pour tenter de ramener le calme à la veille du sommet du G20. Ils ont laissé planer, pour la première fois, le spectre d'une sortie de la Grèce de la zone euro.

Le Premier ministre français François Fillon a résumé le message qui devait être adressé à Georges Papandréou lors de ce mini-sommet de crise: "Les Grecs doivent dire vite et sans ambiguïté s'ils choisissent ou non de garder leur place dans la zone euro".

Athènes a ébranlé l'Europe, ainsi que les marchés financiers en annonçant lundi, à la surprise générale, sa décision de soumettre à un référendum à hauts risques le plan européen d'allègement de la dette grecque et d'endiguement de la crise de la zone euro. Après leur chute libre de la veille, les places boursières européennes ont rebondi mercredi, mais restaient nerveuses.

En compagnie de son ministre des Finances Evángelos Venizélos, Georges Papandréou est arrivé en soirée au Palais des Festivals de Cannes. Il était attendu de pied ferme par le président français Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande Angela Merkel, les principaux dirigeants de l'UE, ainsi que la patronne du Fonds monétaire international Christine Lagarde.

Un référendum au plus vite

Auparavant, ce petit comité baptisé "groupe de Francfort" s'était réuni pendant environ une heure pour discuter de la Grèce, en l'absence de son dirigeant.

Selon des sources gouvernementales françaises, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel devaient proposer au Premier ministre grec une feuille de route en trois points: obtenir de son Parlement un vote positif sur le plan européen et ses contreparties, fixer une date aussi proche que possible pour le référendum et choisir une question qui met les Grecs face à leurs responsabilités.

La décision grecque a en effet bouleversé toute la stratégie du groupe des vingt principaux pays riches et émergents (G20), dont les chefs d'Etat et de gouvernement se réunissant jeudi et vendredi sur la Côte d'Azur avec pour ambition au départ d'éviter au monde de replonger dans le marasme économique.

ATS