Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A mi-chemin d'une série de réunions et sommets décisifs pour l'avenir de l'euro, les Européens ont peiné dimanche à définir une réponse d'envergure à la crise de la dette. Après la Grèce, l'Irlande et le Portugal, la crise menace désormais l'Italie et l'Espagne.

Comme lors des réunions des ministres des Finances vendredi et samedi, peu de progrès concrets ont été enregistrés lors d'un double sommet européen et de la zone euro dimanche. En revanche, les acrimonies entre membres et non membres de la zone euro, mécontents d'être tenus à l'écart de décisions les affectant, ont failli faire déraper la rencontre.

Les dirigeants européens se réuniront à nouveau mercredi, un sommet des 27 Etats de l'Union européenne précédant un sommet des 17 pays de l'euro en soirée.

Colère de Sarkozy

Irrité par une situation passablement tendue, Nicolas Sarkozy s'en est pris dans la salle du Conseil aux pays comme la Grande-Bretagne et la Pologne. Il les a accusés de bloquer les travaux en réclamant une coordination accrue entre les deux groupes.

"Si aujourd'hui et mercredi nous ne trouvons pas des solutions, nous allons tous couler. Une solution doit être trouvée pour les banques, la Grèce et le fonds de soutien, tout est important", s'est emporté le chef de l'Etat français, selon un compte-rendu de la rencontre que s'est procuré Reuters.

Le président français a toutefois fait état de progrès, notamment lors de la réunion entre les 17 membres de la zone euro dimanche après-midi.

Rapprochement entre Berlin et Paris

Ce sommet a aussi apparemment permis de rapprocher un peu le couple franco-allemand, qui affichait jusqu'ici de fortes divergences sur la manière de renforcer la force de frappe du Fonds de soutien de la zone euro (FESF). Cet instrument financier est indispensable pour enrayer la contagion de la crise de la dette.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a de son côté fait part de sa satisfaction en quittant la réunion dimanche soir. "On a fait de très bons progrès, c'était vraiment une réunion efficace, et j'espère qu'on est dans la bonne direction pour mercredi", a-t-elle dit.

ATS