Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sur la place Colon, 50'000 Madrilènes venus afficher leur "patriotisme" agitaient des drapeaux espagnols tout en scandant des slogans hostiles aux dirigeants catalans séparatistes.

KEYSTONE/EPA EFE/JAVIER LIZON

(sda-ats)

Des dizaines de milliers de personnes manifestaient samedi en Espagne pour l'"unité" et le "dialogue" dans la crise ouverte depuis le "référendum" catalan d'autodétermination. Les séparatistes envisagent de déclarer l'indépendance unilatérale dans les prochains jours.

Des dizaines de milliers de personnes manifestaient samedi en Espagne pour l'"unité" et le "dialogue" dans la crise ouverte depuis le "référendum" catalan d'autodétermination. Les séparatistes envisagent de déclarer l'indépendance unilatérale de leur région dans les prochains jours.

Sur la place Colon, des Madrilènes venus afficher leur "patriotisme" agitaient des drapeaux espagnols tout en scandant des slogans hostiles aux dirigeants catalans séparatistes, à l'origine de la consultation de dimanche dernier interdite par la justice espagnole. Selon le bureau du représentant du gouvernement conservateur à Madrid, ils étaient 50'000.

Un peu plus loin, face à la mairie, l'initiative citoyenne, "Parlem? Hablemos?" (On se parle?, en catalan et en espagnol) a rassemblé plusieurs milliers de personnes vêtues de blanc, réclamant un "dialogue" entre les Catalans et le reste de l'Espagne.

En début de manifestation ils étaient 1500, selon le représentant du gouvernement dans la capitale. Ce chiffre avait nettement augmenté vers 13h pour atteindre plusieurs milliers, selon des journalistes de l'AFP. "Les tensions et les violences ont beaucoup augmenté. Tant de violence ça fait vraiment peur", soufflait Yurena Diaz, médecin de 36 ans.

"Négation de l'autre"

A Barcelone, la même initiative a rassemblé plusieurs milliers de personnes face à la mairie. "On ne peut nier la tension sociale", disait Alicia Domenec, professeur de 39 ans. "Il y a une rupture, une fracture, des insultes, une négation de l'autre". Des manifestations similaires ont aussi eu lieu à Valence (sud-est), Saragosse et Valladolid (nord), entre autres.

Les tensions entre Madrid et les séparatistes au pouvoir en Catalogne depuis début 2016 ont plongé le pays dans sa plus grave crise politique depuis son retour à la démocratie en 1977.

La crise, qui inquiète aussi l'Europe, touche également la Catalogne, où vivent 16% des Espagnols. Selon les sondages la moitié de la population n'est pas indépendantiste.

Dimanche, une autre manifestation "pour retrouver la sagesse" est prévue à Barcelone. L'écrivain Mario Vargas Llosa, prix Nobel de littérature de nationalités péruvienne et espagnole, qui a qualifié l'indépendantisme catalan de "maladie", y participera.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS