Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quatre membres du syndicat paysan Uniterre, dont le président, ont été reconnus coupables de séquestration et de tentative de contrainte mardi à Bulle (FR) par le juge de police de la Gruyère. Ils ont écopé de 80 jours de travail d'intérêt général avec sursis pendant deux ans.

La juge Frédérique Bütikofer-Repond a confirmé les ordonnances pénales du juge d'instruction prises l'an dernier. Elle n'a pas suivi la défense qui a plaidé l'acquittement ou au moins l'exemption de peine.

"Nonobstant la légitimité de leur combat", les moyens utilisés ne peuvent se justifier ni sur le plan légal ni sur le plan extra-légal, a dit la juge en motivant brièvement le jugement.

Pour mémoire, des paysans membres d'Uniterre avaient bloqué dans une salle l'état-major de la Fédération des sociétés fribourgeoises de laiterie (FSFL) réuni en séance à Pringy (FR). Uniterre reprochait à la FSFL de continuer à accorder des quantités supplémentaires de coulage de lait, encourageant la surproduction dans un secteur déjà en crise.

D'accord sur le fond

Lors de l'audience, le président de la FSFL au moment des faits, Jean-Pierre Stirnimann, a dit qu'il n'avait pas de désaccord sur le fond avec les demandes d'Uniterre.

Pour la défense, il faut remettre l'accrochage dans son contexte: la sortie du contingentement laitier s'est fait dans la douleur. Les intérêts des paysans et en particulier des petits paysans et de l'industrie se sont avérés contradictoires et même opposés. Arrêter la baisse du prix du lait est vital pour les petits paysans, ce qui explique leur désarroi et leur énervement, peut-être excessif.

Peur des affrontements

Du côté d'Uniterre, le président Pierre-André Tombez a indiqué que le blocage n'avait pas pour seul but de faire pression. Il devait aussi permettre d'éviter d'aboutir à une bagarre entre les différents protagonistes.

Avant l'ouverture de l'audience, une petite trentaine de membres d'Uniterre a apporté son soutien à ses membres renvoyés devant la justice. Le tout a eu lieu de manière conviviale, sans le moindre heurt.

ATS