Toute l'actu en bref

"L'alliance entre les Etats-Unis et le Japon demeure la pierre angulaire de la paix et la stabilité dans la région Asie-Pacifique", a affirmé Rex Tillerson.

KEYSTONE/AP POOL AFP/TORU YAMANAKA

(sda-ats)

Rex Tillerson a rassuré jeudi les dirigeants japonais sur le soutien de Washington face à la menace du programme nucléaire de la Corée du Nord. Il a aussi fait un constat d'échec à propos des efforts pour dénucléariser ce pays, appelant à "une nouvelle approche".

"Je pense qu'il est important de reconnaître que les efforts politiques et diplomatiques des vingt dernières années pour mener la Corée du Nord à se dénucléariser ont échoué", a déclaré le chef de la diplomatie étasunienne à Tokyo, première étape d'une tournée en Asie consacrée à la crise récemment déclenchée par le lancement de missiles à proximité du Japon par Pyongyang.

S'exprimant au cours d'une conférence de presse conjointe avec le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida, l'Américain a réaffirmé que son pays continuerait à travailler étroitement avec le Japon et la Corée du Sud pour contrer les provocations du régime de Pyongyang.

"L'alliance entre les Etats-Unis et le Japon demeure la pierre angulaire de la paix et la stabilité dans la région Asie-Pacifique", a-t-il affirmé.

Coopération à trois

Il a parallèlement souligné l'importance d'une coopération à trois avec la Corée du Sud, qualifiée de "cruciale en particulier au moment où nous sommes confrontés aux programmes nucléaire et balistique de la Corée du Nord".

"J'apprécie grandement le fait que vous ayiez choisi le Japon comme première étape de votre tournée en Asie", a souligné de son côté M. Kishida, y voyant "l'importance" de cette relation bilatérale pour les Etats-Unis.

Pendant sa campagne, Donald Trump avait semé la consternation chez les alliés japonais et sud-coréens des Etats-Unis en disant envisager le retrait des soldats américains du sud de la péninsule coréenne et de l'archipel nippon à défaut d'une hausse significative de la contribution financière des deux pays. Une fois élu, il avait changé de discours, manifestant son "plein soutien" à ces deux pays.

Main tendue

Rex Tillerson a lui aussi tendu la main au peuple nord-coréen. "La Corée du Nord et son peuple ne doivent pas craindre les Etats-Unis et leurs voisins", a-t-il insisté.

Il a aussi appelé la Chine, où il se rendra samedi, à faire plus fortement pression sur son allié nord-coréen. "Nous pensons qu'ils ont un rôle très important à jouer", a dit M. Tillerson. "Nous allons parler avec la Chine des autres mesures qu'ils devraient entreprendre".

Selon des informations de presse, le secrétaire d'Etat étasunien pourrait par ailleurs mettre la dernière main à un projet de rencontre en avril du dirigeant chinois Xi Jinping avec Donald Trump aux Etats-Unis.

ATS

 Toute l'actu en bref