Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Croissance de 0,2-0,4% possible en Grèce en 2016, selon Tsipras

Alexis Tsipras estime la Grèce capable de croître économiquement cette année (archives).

KEYSTONE/AP/RICHARD DREW

(sda-ats)

Les recettes dégagées par l'Etat et celles du tourisme sont solides et la Grèce pourrait connaître un taux de croissance économique de 0,2% à 0,4% cette année, a déclaré à Reuters le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

Eurostat prévoit au contraire une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 0,3% en 2016.

Prié de dire s'il pensait que la Grèce atteindrait ou dépasserait les 2,7% de croissance qu'Eurostat anticipe pour 2017, Alexis Tsipras a répondu que le pays dépassait les prévisions depuis le début de l'année et qu'il en serait sans doute de même l'an prochain.

Il a toutefois ajouté que cela dépendrait des messages envoyés aux marchés financiers et du retour de l'investissement étranger.

Le Premier ministre a également dit qu'il espérait que la Grèce puisse être intégrée dans les six prochains mois dans le programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la Banque centrale européenne (BCE). Elle en est pour l'instant exclue en raison de ses faibles notations de crédit.

Une telle inclusion pourrait être le prélude à un retour partiel de la Grèce sur le marché obligataire en 2017, et total l'année suivante, a encore dit Alexis Tsipras.

Question de la dette

Il faudra toutefois, pour cela, obtenir un assouplissement de la dette, une amélioration de la croissance et une analyse de la BCE qui montre que la dette est gérable dans le temps et de quelle manière la Grèce peut assurer ses besoins avec ses moyens existants, a observé le Premier ministre.

La Grèce, objet de trois programmes de renflouement internationaux depuis 2010, est le pays le plus endetté de la zone euro. La dette représente plus de 175% du PIB.

Suivant l'accord signé l'an passé avec la zone euro, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI), la Grèce peut prétendre à une aide totale de 86 milliards d'euros d'ici à 2018 en échange de réformes.

Une première tranche de 10,3 milliards d'euros a été approuvée en mai et 7,5 milliards ont été versés jusqu'à présent. Le solde, déblocable d'ici octobre, est subordonné à la réalisation de 15 objectifs de réforme.

Second examen

Alexis Tsipras a dit qu'il pensait être capable de boucler le second examen du dernier programme de renflouement d'ici à la fin octobre, affirmant que la première revue avait couvert les questions les plus épineuses.

"A partir de maintenant, chaque revue sera déterminante mais plus aisée que la précédente", a-t-il dit. "Nous faisons vite (...) pour être en mesure de conclure toutes les étapes à la fin septembre-début octobre (...) de façon à pouvoir conclure la seconde revue à la fin octobre".

Ce second examen, qui comporte une très impopulaire révision du code du travail, est mené par des experts du "quartet", qui regroupe la Commission européenne, le Mécanisme européen de stabilité, la BCE et le FMI.

Officiellement, le FMI n'est pas partie prenante du programme mais sa participation à la procédure d'examen est cruciale afin de rassurer les investisseurs et les créanciers.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.