Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les dépenses de santé ont augmenté de 2,5% en Suisse en 2010, pour atteindre 62,5 milliards de francs. Cette hausse est qualifiée de "modérée" par l'Office fédéral de la statistique (OFS). La part dans le PIB s'est stabilisée.

Par rapport à 2009, les dépenses de santé ont crû dans presque toutes les catégories de prestations, selon les résultats encore provisoires de l'OFS. Les hausses les plus fortes ont été enregistrées dans les soins ambulatoires en milieu hospitalier (+9,5%) et en cabinet médical (+3,2%).

Ces deux postes sont suivis par les soins de longue durée dans les établissements médico-sociaux (+2,5%) et les soins aigus en milieu hospitalier (+1,9%). Avec une volume de prestations de 38,4 milliards de francs, ces quatre catégories ont représenté 61,5% du total des dépenses.

Nettement inférieure à la moyenne

Les chiffres d'affaires de la vente de biens et services ont à l'inverse reculé (-1,6%), de même que les dépenses de l'Etat pour la prévention (-2,8%), une baisse notamment liée à celle des achats de vaccins.

La croissance de 2010 (2,5%) est nettement inférieure à la moyenne des cinq dernières années (3,7%), relève l'OFS. Quant à la part des dépenses de santé par rapport au produit intérieur brut (PIB), elle s'est stabilisée à 11,4%, le PIB ayant progressé de 2,9%. Cette part est en moyenne de 9,6% pour les 34 pays de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE).

661 francs par personne

Les dépenses de santé se sont élevées à 661 francs par mois en moyenne par personne résidant en Suisse. Comme les années précédentes, la majeure partie (41,7%) des 62,5 milliards consacrés à la santé a été financée par les assurances sociales. Le reste du financement a été à la charge des ménages privés (25,1%) et de l'Etat (18,9%).

Les principaux coûts directement à la charge des ménages sont ceux des établissements médico-sociaux, des soins dentaires et de la participation aux frais d'assurance maladie.

ATS