Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Madrid - Neuf nouveaux prisonniers politiques cubains, libérés par La Havane, arriveront mardi en Espagne, avec 50 membres de leur famille. Ils rejoindront les onze ex-détenus accueillis la semaine dernière par Madrid, a annoncé le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos.
Tous font partie d'un groupe de 52 opposants arrêtés en mars 2003 pour leurs activités politiques. Vingt d'entre eux, selon l'église cubaine, ont accepté de se rendre en Espagne avec leur famille.
Le gouvernement de Raul Castro a annoncé qu'il allait libérer ces dissidents à l'occasion de la visite du chef de la diplomatie espagnole. Celui-ci a conduit une médiation conjointement avec l'église catholique cubaine.
M. Moratinos a souligné que l'arrivée du nouveau groupe d'ex-détenus et de leur famille portait "à 135 le nombre de ressortissants cubains accueillis en Espagne afin de leur offrir cette chance de liberté que Cuba leur refusait".
Il a demandé aux exilés de faire preuve de "compréhension", après les critiques formulées par certains sur les conditions d'accueil en Espagne.
Ils bénéficient "d'un éventail complet d'aide, d'assistance, de droits et de garanties", a assuré M. Moratinos. "Ils sont libres de faire (ce qu'ils veulent), de s'en aller, de chercher un autre pays qui les accueille mieux", a-t-il ajouté.
Avant l'annonce des libérations, l'île communiste comptait au 30 juin 167 prisonniers politiques au total, selon la Commission cubaine pour les droits de l'Homme. Cette organisation est illégale, mais tolérée par le pouvoir communiste.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS