Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Avant la chute du cours le Venezuela, pays pétrolier, livrait à des conditions favorables quelque 85'000 barils de pétrole à Cuba, soit plus de 50% de sa consommation totale. En échange, La Havane a dépêché au Venezuela plus de 30'000 fonctionnaires (image symbolique).

KEYSTONE/AP/DESMOND BOYLAN

(sda-ats)

L'économie de Cuba souffre de la baisse des livraisons du pétrole concédé à des conditions favorables par le Venezuela. C'est ce qu'a affirmé vendredi le président cubain Raul Castro.

Cuba a enregistré "une baisse de la fourniture de combustible négociée avec le Venezuela, en dépit de la ferme volonté du président (vénézuélien) Nicolas Maduro" de respecter ses engagements, a-t-il relevé. Il n'a toutefois pas quantifié cette baisse.

"Cela a occasionné des tensions supplémentaires sur le fonctionnement de l'économie cubaine", déjà affectée par la chute des prix des matières premières et les difficultés rencontrées par d'autres partenaires, a-t-il précisé.

En conséquence, le taux de croissance pour le premier semestre "n'a été que de 1%, soit la moitié de ce nous avions prévu" initialement, a ajouté Raul Castro. Il s'exprimait en clôture d'une session semestrielle du Parlement cubain.

Conditions favorables

Au début du mois de juillet, l'Etat cubain a imposé aux entités d'Etat non productrices de biens une réduction drastique de 50% de leur consommation de carburant et d'électricité, alimentant des rumeurs sur une réduction des livraisons vénézuéliennes. Celles-ci permettent de maintenir à flot une économie à bout de souffle et étatisée à 80%.

Avant cette baisse, Caracas livrait à des conditions favorables quelque 85'000 barils de pétrole à Cuba, soit plus de 50% de sa consommation totale. En échange, La Havane a dépêché au Venezuela plus de 30'000 fonctionnaires, dont une bonne partie de médecins et infirmiers.

Face aux difficultés, Raul Castro a demandé à ses compatriotes de se serrer la ceinture. Il a jugé nécessaire "d'encourager une culture de l'économie et d'exploitation efficace des ressources disponibles".

"Solidarité"

Il a enfin rejeté "les spéculations sur un effondrement imminent" de l'économie, qui avivent les craintes d'un retour au marasme des années 1990. La période avait été marquée par une débâcle économique consécutive à l'effondrement du grand frère soviétique.

Au sujet de son partenaire vénézuélien, plongé dans une crise politique et économique, Raul Castro a assuré que Cuba maintiendrait sa "solidarité et (son) engagement" à ses côtés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS