Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La décision publiée mardi affecte directement les candidats à des licences de "cuentapropista" dans les activités les plus demandées telles que la gestion d'auberges et restaurants privés, très demandés des touristes.

KEYSTONE/EPA EFE/ALEJANDRO ERNESTO

(sda-ats)

Le gouvernement cubain a suspendu mardi pour une durée indéterminée l'octroi de nouvelles licences pour une trentaine d'activités dans le petit entrepreneuriat privé. Il attend un "perfectionnement" de ce secteur qui emploie plus d'un demi-million de Cubains.

Cette mesure publiée mardi au Journal officiel affecte directement les candidats à des licences de "cuentapropista" (travailleurs privés) dans les activités les plus demandées telles que la gestion d'auberges et restaurants privés, très prisés des touristes, ou la construction.

Cette mesure survient dans le cadre d'un "processus systématique de révision" visant " à ce qu'aucune action ne demeure à la marge de la légalité", a expliqué dans la presse d'Etat la vice-ministre du Travail et de la Sécurité sociale Marta Elena Feito. Elle "ne constitue pas un recul dans le développement de cette activité", a-t-elle toutefois insisté.

Comptes en banque

La suspension a été assortie de l'exigence pour certains travailleurs privés tels que les loueurs de chambres chez l'habitant ou les restaurateurs d'ouvrir des comptes en banque vérifiables par les autorités fiscales, a indiqué de son côté le directeur des Revenus au Ministère des Finances Vladimir Regueiro.

Le président Raul Castro, qui doit quitter son poste en février, a été le grand artisan de l'élargissement du petit entrepreneuriat privé, dans le cadre de réformes visant à "actualiser" une économie à bout de souffle.

Il avait toutefois insisté en juin, devant le parlement, sur la nécessité "d'affronter résolument les illégalités" constatées dans ce secteur telles que "l'usage de matières premières et équipements d'origine illicite" et les "déclarations de revenus sous-évaluées visant à se soustraire aux obligations fiscales".

Selon des données officielles, 567'982 Cubains travaillent aujourd'hui comme "cuentapropistas", soit 12% de la population active de l'île.

ATS