Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - La Coupe du monde 2011/2012 débute véritablement ce week-end à Lake Louise (Can). Au programme pour les messieurs: une descente samedi (19h30 en Suisse) et un super-G dimanche (19h).
No 1 mondial dans ces deux disciplines, Didier Cuche remet son leadership en jeu. Surtout, le Neuchâtelois a rendez-vous avec l'histoire dès samedi au Canada. Le skieur des Bugnenets vise cet hiver un cinquième globe en descente. Une collection que seul l'Autrichien Franz Klammer est parvenu à réunir entre 1975 et 1983. Pour égaler ce record, Cuche dispose de onze descentes cette saison. Avec Lake Louise comme première étape.
"J'ai souvent connu quelques difficultés avec cette descente", reconnaît toutefois le Neuchâtelois. "Je m'y suis imposé en 2009, mais j'avais été le premier surpris. Pour figurer aux avant-postes, il faut notamment compter sur une glisse parfaite", relève-t-il. A cela s'ajoute la météo capricieuse de l'Alberta, qui a souvent transformé les épreuves canadiennes en loterie.
Même s'il ne s'attaque pas à sa piste préférée, Cuche a foi en lui. "Après Sölden (réd: élimination en 2e manche), j'ai consacré deux semaines à ma condition physique. Nous nous sommes ensuite entraînés sur neige à Nakiska (Can). Tout a bien fonctionné pour moi. C'est la raison pour laquelle je me sens décontracté et en pleine confiance", explique-t-il.
Carlo Janka ne peut pas en dire autant. Depuis octobre, le Grison souffre du dos. "Ces dernières semaines, il n'a quasiment pas pu skier sans douleur. Du coup, il lui manque beaucoup de jours d'entraînement", regrette son entraîneur Sepp Brunner. La décision sur un éventuel forfait sera prise après les entraînements.
De son côté, Didier Défago va passer un test important à Lake Louise. Forfait toute la saison dernière (ligament croisé déchiré au genou gauche), le Valaisan a retrouvé la compétition en géant à Sölden (28e). Reste que c'est en vitesse qu'il espère renouer le plus rapidement avec l'élite.
"J'ai hâte d'en découdre. Je devrai toutefois veiller à ne pas en faire trop, à canaliser mon envie", prévient le Morginois. "Aux entraînements, j'ai prouvé que je pouvais être rapide sur certains passages. Mais il me manque encore de la constance", continue-t-il.
Pour cette reprise en vitesse, le champion olympique de descente ne se fixe pas d'objectif précis. "Je veux voir où j'en suis. Je ferai le premier bilan à Noël", ajoute-t-il.

ATS