Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un internaute averti en vaut deux. Les attaques par hameçonnage ou utilisant le chantage se multiplient, prévient la Centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information MELANI dans son rapport semestriel paru vendredi.

Attention donc aux faux services d'assistance informatique. Des pirates se font passer pour des techniciens. Ils utilisent des messages annonçant une erreur ne pouvant être résolue que si on les autorise à accéder à distance à son ordinateur. Facile ensuite pour eux d'espionner des données, comme celles de cartes de crédit.

À l'étranger

Autre danger: si un pirate accède à un compte de messagerie, il y découvre aussi les listes de contact. Il peut ensuite se livrer à ses basses tâches en envoyant des courriels à ces adresses en se faisant passer pour le véritable titulaire du compte. Exemple donné par MELANI: le pirate annonce être à l'étranger, s'être fait voler argent et passeport et demande qu'on lui verse de l'argent.

Certains cybercriminels utilisent directement le chantage. Un maliciel a ainsi bloqué certains ordinateurs en Suisse en novembre. Une fenêtre s'affichait avec un message semblant venir du Département fédéral de justice et police. L'utilisateur était invité à s'acquitter d'une amende de 150 francs sous prétexte que de la pédopornographie avait été retrouvée sur son ordinateur.

Politiciens ciblés

Les politiciens n'échappent pas aux attaques. Le conseiller national Andrea Caroni (PLR/AR) a vu des tweets prétendument à son nom circuler sur l'élection d'Eveline Widmer-Schlumpf, le site de l'UDC a de nouveau été attaqué, la conseillère nationale Chantal Galladé (PS/PS) s'est fait piquer son site par un tiers qui y a fait de la pub pour des bikinis.

Le simple fait de montrer sa carte d'identité aux caméras de la télévision peut aussi se retourner contre soi. Un politicien se l'est faite copier. Le pirate voulait l'utiliser comme preuve d'identité pour créer une profil sur un site de rencontres gay. L'affaire a échoué, le portail s'étant renseigné auprès du politicien.

ATS