Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dans sa lutte contre la cybercriminalité, la Suisse envisage de profiter du savoir-faire de l'OTAN. Un partenariat avec le Cooperative Cyber Defence Centre of Excellence (CCDCOE) de l'organisation militaire est "une possibilité", selon le Département de la défense.

La porte-parole du Département de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS), Silvia Steidle, a confirmé samedi l'information parue dans la "Südostschweiz" et l'"Aargauer Zeitung". En collaborant avec la CCDCOE, les experts suisses auraient des informations et des connaissances supplémentaires.

L'OTAN a créé à Tallinn (Estonie) en 2008 la CCDCOE pour lutter contre la cybercriminalité. "Il y a déjà des contacts entre experts mais le groupe de travail Cyber Défense du DDPS n'a mené actuellement aucune discussion officielle", a ajouté Silvia Steidle.

Groupe de travail

Malgré des standards sécuritaires élevés, la Suisse entend se prémunir davantage contre le piratage. Le Conseil fédéral a créé en décembre 2010 un groupe de travail "Cyber Défense" pour affiner sa stratégie. Le gouvernement présentera au printemps 2012 sa vision dans ce domaine.

Une éventuelle collaboration avec l'OTAN ne constituera pas encore l'objet du rapport. Si la Suisse n'est pas membre de l'alliance militaire, elle collabore déjà avec elle depuis 1996 dans le cadre du "Partenariat pour la paix".

ATS