Le cyclone Bulbul a atteint samedi l'Inde et le sud du Bangladesh, faisant deux premières victimes. Il a provoqué l'évacuation de plus de deux millions de personnes, essentiellement au Bangladesh.

Le cyclone, accompagné de vents pouvant atteindre 120 km/h, a "baissé d'intensité" et a "commencé à traverser" le Bengale-occidental, en Inde, et la côte de Khulna, au Bangladesh, ont indiqué dans un bulletin spécial les services météorologiques à Dacca. "Il devrait prendre la direction du nord-est" et "diminuer graduellement d'intensité", a-t-on indiqué de même source.

"2,028 millions" de personnes ont été évacuées et installées dans plus de 5500 abris spéciaux, a indiqué à l'AFP le secrétaire bangladais pour les situations de crise, Shah Kamal. Il n'y a pas de victimes signalées pour l'instant, a-t-il ajouté, réfutant les informations de presse locales selon lesquelles des dizaines de pêcheurs étaient portés disparus sur les côtes méridionales du pays. Côté indien, plus de soixante mille personnes ont été évacuées.

Les aéroports et les ports ont été fermés. Les premières victimes ont été enregistrées avant que le cyclone ne gagne toute sa puissance. Une personne a été tuée par la chute d'un arbre déraciné, à Kolkata, et un autre par la chute d'un mur dans l'Etat d'Odisha, ont indiqué les autorités.

Vagues de deux mètres

Des militaires bangladais ont été dépêchés dans des villages et quelque 55'000 volontaires ont fait du porte à porte, appelant les habitants par haut-parleurs à s'enfuir. Certains villages sont en dessous du niveau de la mer. Selon les services météorologiques bangladais, le cyclone doit s'accompagner de vagues de deux mètres de haut.

Le Bangladesh est un pays plat situé pour l'essentiel à moins de 12 mètres au-dessus du niveau de la mer, et pour 10% de son territoire, en-dessous de ce niveau. Il est régulièrement touché par des cyclones qui ont fait sur les dernières décennies des centaines de milliers de morts, et dont la fréquence et l'intensité a augmenté ces dernières années.

Les autorités ont toutefois nettement amélioré leur capacité d'anticipation ces dernières années, et en février Fani, le plus gros cyclone à avoir frappé le pays depuis cinq ans, a tué une dizaine de personnes. Par comparaison, en 2007, le cyclone Sidr avait fait plus de 3000 morts.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.