Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne récupère 220 millions de francs suite au grounding de Swissair, près de 15 ans après les faits (archives).

Keystone/FRANCO GRECO

(sda-ats)

Les caisses fédérales s'enrichissent de 220 millions de francs. Cette manne provient du prêt accordé par la Confédération à Swissair en 2001. Le Contrôle fédéral des finances (CDF) contestait depuis des années l'emploi d'une partie de cette somme.

Au total, la Confédération avait prêté 1,15 milliard de francs à la défunte compagnie aérienne Swissair au moment de sa débâcle. L'objectif était de lui permettre de poursuivre son exploitation le temps de trouver un repreneur.

Or, les audits effectués par le CDF ont montré qu'une partie du prêt n'avait pas été utilisée selon ce qu'avait prévu la Confédération à l'époque. Près de 14 ans après, le liquidateur de Swissair a finalement admis ces critiques et a remboursé 220 millions de francs, se réjouit le Contrôle fédéral dans son rapport annuel publié lundi.

En 2015, le CDF a publié en outre 46 rapports, contre 22 l'année précédente. Il a aussi donné l'accès à 30 autres rapports à des médias sur la base de la Loi sur la transparence. Près de la moitié de ses travaux sont donc publiés.

Lors de ses audits, le CDF a identifié des "carences majeures" à cinq reprises l'an dernier. Dans ces cas, l'organe de contrôle doit prévenir immédiatement le Conseil fédéral.

L'EPFL a été épinglée deux fois, pour des dépassements de budgets de projets immobiliers. L'Administration fédérale des douanes ou l'Office fédéral des routes ont été également pointés du doigt, notamment pour des pratiques en matière d'achats publics ou de projets informatiques, ainsi que la Fondation des immeubles pour les organisations internationales à Genève.

ATS