Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La phase d'expérimentation et de tests de reconnaissance automatique de la parole est terminée au parlement valaisan. L'application qui facilite et allège le travail des mémorialistes sera commercialisée à partir de la session de mars du Grand Conseil.

Le logiciel sera présenté lors d'une rencontre des secrétaires des parlements suisses. "On veut essayer de le vendre à d'autres parlements cantonaux", a déclaré mercredi le président du Grand Conseil valaisan Grégoire Dussex.

L'application n'est pas destinée à remplacer les mémorialistes, mais à faciliter leur travail, a expliqué David Imseng, un des développeurs du programme. Les débats sont enregistrés et les interventions sont immédiatement transformées en texte.

Application pour smartphones

Les mémorialistes n'ont ensuite plus qu'à réécouter les débats et à suivre la version texte pour en expurger les erreurs. Le logiciel affiche un taux d'erreur de 10%. Actuellement, il est difficile de faire mieux, a précisé M. Imseng. Le spécialiste a consacré plusieurs années de recherches sur la question à l'Institut de recherche en intelligence artificielle de Martigny (VS).

La société dirigée par M. Imseng veut développer une version tout public du logiciel, sous forme d'une application pour smartphones ou tablettes. L'utilisateur peut enregistrer une conversation qui est immédiatement transcrite en texte et enregistrée sur une mémoire distante pour être retravaillée ultérieurement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS