Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Londres - La Commission baleinière internationale, seul organe de gestion des populations de grands cétacés, s'est attaquée à Agadir à un plan de paix. Le document est déjà suspecté d'être davantage guidé par des intérêts politiques que par celui des baleines.
Cette 62e session de la CBI - créée en 1946 pour ménager l'avenir de la chasse à la baleine - doit examiner un projet d'accord qui lui permettrait de sortir de 25 ans de confrontation entre ses 88 membres depuis l'entrée en vigueur du moratoire sur la chasse en 1986, et de reprendre le contrôle de toutes les chasses.
La proposition prévoit de réduire le nombre des prises sur les dix prochaines années. Mais elle revient à autoriser de fait la pêche commerciale sans préciser ce qu'il adviendra au terme de cette période intérimaire.
La Norvège et l'Islande (qui ont dénoncé le moratoire) et le Japon (sous couvert de chasse scientifique) ont capturé plus de 1'500 baleines l'an passé, dont plus de 1'000 pour la seule flotte nippone, sur des quotas auto-attribués.
Pour le Japon, il n'est pas question de tourner la page d'une tradition culturelle fortement teintée de nationalisme: "Dans cette négociation, un quota final de zéro est impossible à accepter pour le Japon" a prévenu lundi à Agadir la ministre adjointe de l'Agriculture Yasue Funayama.
Pourtant, chacun se réjouit de voir son pays rester à bord: "Si on le braque, le Japon peut sortir de la CBI et plus personne ne pourra rien pour les baleines", prévient un diplomate européen.
Le premier point qui fâche tout le monde cependant concerne les quotas suggérés pour les prochaines année. Le rapport relève que les chiffres proposés jusqu'en 2014 permettraient de tuer 3'860 baleines au total, soit une réduction de 8% seulement par rapport aux prises actuelles.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS