Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le procès d'Abdelkader Merah, frère de Mohammed Merah, auteur des tueries de Toulouse et Montauban en mars 2012, a commencé lundi dans un climat tendu devant une cour d'assises spéciale.

KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT

(sda-ats)

Le procès d'Abdelkader Merah, frère de Mohammed Merah, auteur des tueries de Toulouse et Montauban en mars 2012, a commencé lundi dans un climat tendu devant une cour d'assises spéciale. Des membres des familles des victimes étaient présents.

Mohammed Merah a été abattu le 22 mars 2012 à Toulouse par la police lors de l'assaut donné à l'appartement où il s'était retranché après avoir tué par balles trois militaires, trois écoliers juifs et le père de deux d'entre eux. Des meurtres de sang-froid qui ont annoncé les attentats de 2015 et 2016.

Est également jugé l'un des compagnons de délinquance de Mohammed Merah, Fettah Malki, 34 ans, accusé de lui avoir fourni un gilet pare-balle, des armes et des munitions.

Pendant ce procès prévu pour durer un mois, la cour s'efforcera notamment d'établir jusqu'à quel point Abdelkader Merah, 35 ans, a été le mauvais génie de son frère cadet et quelle part il a prise dans son équipée sanglante.

Mais ce procès pourrait aussi être indirectement celui des autorités françaises de l'époque. Le père d'un soldat tué a porté plainte contre l'ex-président Nicolas Sarkozy et l'ex-patron du renseignement intérieur Bernard Squarcini pour mise en danger de la vie d'autrui. Plainte qui a donné lieu à une information judiciaire en cours d'instruction.

"Mohammed et Abdelkader Merah étaient suivis par les services de renseignement. Ils étaient jugés dangereux, mais la surveillance a été arrêtée en novembre 2011, quatre mois avant les faits", a expliqué l'avocate de la famille Chennouf, Me Béatrice Dubreuil.

Le policier à la retraite est l'un des 49 témoins cités à comparaître. Mais dans un courrier lu à l'audience, il a fait valoir son statut de témoin assisté dans l'autre procédure et dit vouloir réserver ses explications au magistrat instructeur pour ne pas venir au procès d'Abdelkader Merah.

Incident

Le tollé a été unanime, dans les parties civiles et la défense, pour juger son témoignage indispensable et faire valoir que rien ne l'empêchait juridiquement de venir à la barre. "Il a beaucoup de chose à nous dire", a dit un des avocats d'Abdelkader Merah, le ténor du barreau Eric Dupond-Moretti.

"Squarcini fait le jeu de la défense. Il a dit que Mohammed Merah était un loup solitaire alors que c'était tout sauf un loup solitaire", a pour sa part déclaré à Reuters Me Dubreuil.

Si le président de cette cour de magistrats professionnels a rappelé que les prévenus étaient "présumés innocents" jusqu'à ce que la cour en décide autrement, leur culpabilité ne fait aucun doute aux yeux des 230 parties civiles.

"Je n'attends rien de ce procès", a déclaré à CNEWS le père et grand-père de trois victimes de l'école Ozar Hatorah. "La seule chose que j'attends, c'est surtout qu'il ne sorte pas de prison (...), qu'il pourrisse dans un trou."

Assis au premier rang du public dans une salle d'audience bondée, il a crié sa colère à la mère de Mohammed et Abdelkader Merah, et à la compagne du second lors de l'appel des témoins : "Grosse m.... ! Tas de m.... !" leur a-t-il lancé quand elles ont quitté la salle, ce qui lui a valu d'être rappelé à l'ordre par un gendarme.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS