Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'affaire fait couler de l'encre en Suisse alémanique. Après la mort d'une patiente en 2007, la cheffe du service de gynécologie de l'hôpital de Wil (SG) a été reconnue coupable, en juin dernier, d'homicide par négligence. La communication jugée défaillante des autorités est sévèrement critiquée.

Ce n'est que mi-août que la direction st-galloise de la santé a rendu l'affaire publique. Elle n'indique alors pas que trois autres médecins doivent également être jugés dans les semaines qui suivent.

Famille dédommagée

La conseillère d'Etat Heidi Hanselmann a été obligée de se justifier devant les médias. Les informations ont été retenues pour des raisons de protection de la personnalité, affirme-t-elle lors d'une conférence de presse.

Le mari de la patiente décédée ne souhaitait pas que l'affaire soit rendue publique. La famille a reçu un dédommagement financier, apprend-on également.

Maintien critiqué

Au-delà de la communication lacunaire, le maintien de la cheffe du service gynécologique à son poste a également suscité des interrogations. La médecin qui dirige le service depuis 2000 a été condamnée à 24 mois de prison avec sursis.

Une de ses patientes était décédée d'une hémorragie en 2007 après avoir accouché d'un enfant mort-né. Un diagnostic incorrect avait été établi. La femme de 34 ans était enceinte de son huitième enfant.

Vendredi, le conseil d'administration de l'hôpital a décidé de maintenir définitivement la gynécologue en poste, a fait savoir la chancellerie cantonale. Les responsables soulignent qu'elle présente un bon bilan.

Suivie par un coach

En tout, seuls neuf cas relevant de la responsabilité civile ont été recensés depuis son arrivée. Dans trois cas, dont celui de 2007, des dédommagements ont été versés. Par ailleurs, elle est suivie par un coach avec lequel elle discute une fois par semaine des cas complexes.

Deux des trois autres médecins également poursuivis pour homicide par négligence, un anesthésiste et une gynécologue, ont été acquittés lors de leur procès mercredi. Le troisième, le chef du service d'anesthésie, doit lui comparaître mardi prochain.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS