Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le dessinateur et scénariste de bande dessinée français Jean Giraud, aussi connu sous les pseudonymes de Gir et Moebius, est décédé samedi matin à Paris des suites d'une longue maladie, a annoncé une de ses proches collaboratrices. Il avait notamment créé la célèbre série Blueberry.

Jean Henri Gaston Giraud de son vrai nom aurait eu 74 ans en mai. "Il est mort ce matin des suites d'une longue maladie" a indiqué une proche de la famille qui travaille également aux éditions Moebius Production Jean Giraud.

Débuts à 18 ans

Après une enfance à dessiner des cow-boys et des Indiens et une formation à l'Ecole des Arts appliqués, Jean Giraud, né le 8 mai 1938 à Nogent-sur-Marne dans la banlieue parisienne, avait commencé à publier ses premiers dessins à 18 ans pour la publicité et la mode, avant de collaborer à des "illustrés " comme "Fripounet et Marisette".

De retour de la guerre d'Algérie, il publie une série western dans le magazine Spirou, puis dans Pilote et lance ainsi les aventures du lieutenant Blueberry qui vont assurer sa célébrité.

C'est pour signer les illustrations d'une série de magazines et de livres sur la science-fiction, à la fin des années 60, qu'il créera le pseudonyme de Moebius, emprunté à un mathématicien allemand. Il publiera notamment sous ce nom les séries Arzach et l'Incal.

Aussi au cinéma

Au cours de sa carrière, Moebius a collaboré à tous les titres les plus prestigieux de bandes dessinées, outre ceux déjà cités, Hara Kiri ou l'Echo des Savanes en France. Il a également travaillé avec des dessinateurs japonais et a illustré, fait rare pour un Européen, une histoire du Surfer d'Argent en collaboration avec l'Américain Stan Lee.

Au cinéma, il a participé à la conception graphique de plusieurs films: Alien, le huitième passager, de Ridley Scott ainsi que le Cinquième élément de Luc Besson. En 2010, la Fondation Cartier pour l'art contemporain, à Paris, lui avait consacré une rétrospective majeure.

ATS