Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dix élus fédéraux ont signé lundi devant le Palais fédéral une déclaration contre la malaria. Berne est la capitale mondiale du combat contre cette maladie à l'occasion de la journée internationale de lutte contre le paludisme.

Devant quelque 200 personnes réunies en face du Palais fédéral, le conseiller national et maire de Berne, Alexander Tschäppat (BE/PS), a souligné l'importance de la coopération pour venir à bout de la malaria. A quelques pas de là, un moustique géant trônait sur la Place fédérale, symbolisant la menace de la maladie.

Sa collègue et présidente du Conseil national Christa Markwalder (PLR/BE) a, elle, relevé la nécessité de l'innovation dans la lutte contre le paludisme. Huit autres élus sous la Coupole fédérale ont ensuite rejoint les deux politiciens bernois pour signer la déclaration, sous le regard d'un comédien déguisé en moustique.

Huit points

Les signataires de la déclaration de Berne contre la malaria souhaitent unir "leurs forces pour oeuvrer en faveur d'une nouvelle action globale contre le paludisme dans le cadre de l'Agenda 2030 pour le développement durable", selon un communiqué de Swiss Malaria Group (SMG) diffusé lundi.

"La Suisse est l'un des pays de premier plan et les investissements suisses dans les projets de lutte contre le paludisme dans les pays endémiques ont eu un impact significatif, permettant de sauver des milliers de vies", rappelle le SMG, qui représente des centres de recherche, des établissements publics, le secteur privé et la société civile sous la présidence de la Direction du développement et de la coopération (DDC).

La déclaration contient huit points et énumère des messages clefs "pour la communauté internationale", "pour tous", "pour les parties prenantes et les acteurs qui mettent en oeuvre" et "pour la Suisse".

Les signataires rappellent notamment qu'en vainquant le paludisme, "nous aidons à vaincre la pauvreté". Et il vaut la peine d'investir dans cette lutte: "une baisse de 10% du paludisme a été corrélée à une augmentation de 0,3% du PIB", selon la déclaration.

Piqûre de rappel

Ils sont d'avis que la Suisse doit renforcer son rôle dans la lutte contre la malaria afin que le 3e but des Objectifs de développement durable de l'ONU soit atteint. Concrètement, le nombre de victimes du paludisme doit diminuer de 40% d'ici 2020, et de 90% d'ici 2030.

Pour marquer la signature de la déclaration, le SMG a érigé un moustique géant sur la Place fédérale. Le culicidé d'acier de cinq mètres de haut symbolise les 800 enfants victimes du paludisme chaque jour dans le monde, et la menace constante que constitue le paludisme "pour plus de la moitié de la population mondiale".

ATS