Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une fusée russe Proton porteuse d'un satellite britannique Inmarsat-5F3 a décollé avec succès vendredi du cosmodrome de Baïkonour. Il s'agit du premier lancement réussi d'une fusée de ce type depuis la perte d'un satellite mexicain en mai.

Le Proton-M a décollé avec succès à 17h44 (13h44 en Suisse) du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. "Le lancement s'est déroulé comme prévu. Tous les systèmes opèrent remarquablement bien", a déclaré un porte-parole de l'agence spatiale russe Roskosmos, Igor Bourenkov.

Ce lancement est le premier depuis la perte d'un satellite de télécommunications mexicain lors de l'échec du lancement de sa fusée porteuse Proton-M en mai. Selon le centre Khrounitchev, qui produit les fusées Proton-M, cet échec était dû à une panne du moteur du troisième étage de la fusée.

Le Centre Khrounitchev a assuré avoir résolu le problème mais cet échec, combiné à la perte d'un vaisseau cargo Progress censé ravitailler la Station spatiale internationale (ISS) fin avril, avait provoqué une crise dans le secteur spatial russe.

A la suite de ces déboires, Moscou a présenté un projet de réforme de l'industrie spatiale. Celui-ci prévoit de transformer l'agence spatiale Roskosmos en entreprise publique, d'augmenter les salaires et de combattre la corruption.

Pour remplacer la Proton, la Russie a mis au point pour la première fois depuis l'éclatement de l'URSS une nouvelle fusée, Angara, plus moderne et utilisant des technologies plus propres. Les premiers tests ont eu lieu l'an dernier.

ATS