Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

C'est le premier nid de crocodile siamois trouvé dans la rivière Sre Ambel après six années de recherche, d'après l'ONG Wildlife Conservation Society (WCS).

KEYSTONE/AP Wildlife Conservation Society

(sda-ats)

Un nid contenant 19 oeufs d'une espèce de crocodile en voie d'extinction a été découvert récemment dans le sud-ouest du Cambodge. Le reptile est victime des braconniers dans cette région.

"Pour éviter toute menace, nous avons déplacé les oeufs dans un endroit sûr avant l'éclosion", a expliqué In Hul de l'administration des pêches du Cambodge dans un communiqué. Après l'éclosion des oeufs, les bébés crocodiles seront élevés dans un centre de conservation jusqu'à ce qu'ils soient suffisamment matures pour être libérés dans la nature, a déclaré Eng Mengey de l'ONG Wildlife Conservation Society (WCS).

C'est le premier nid de crocodile siamois trouvé dans la rivière Sre Ambel après six années de recherche, d'après WCS.

Les crocodiles siamois étaient autrefois omniprésents en Asie du Sud-Est, mais leur nombre a drastiquement chuté à cause de la chasse et de la destruction de leur habitat naturel. Ils figurent actuellement sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) pour les espèces menacées. Les chercheurs estiment qu'il ne reste plus que 400 crocodiles sauvages, principalement au Cambodge.

La déforestation et le braconnage ont été fatals à de nombreuses espèces au Cambodge, l'une des nations les plus pauvres et les plus corrompues d'Asie. Le gouvernement de Hun Sen est accusé d'avoir distribué sans discernement des centaines de milliers d'hectares de forêt, y compris dans des zones protégées, pour des projets qui vont de la canne à sucre au caoutchouc en passant par l'hydroélectricité.

L'exploitation illégale de la forêt a provoqué l'effondrement des espaces forestiers dans le pays, de 73% du territoire national en 1990 à 46% en 2013, selon les Nations unies.

ATS