Toute l'actu en bref

Les dolmens sont des constructions destinées à abriter les morts. Ici, celui de "Praz Berthoud" à Onnens (VD)

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Un mystérieux dolmen a été découvert en Galilée dans le nord d'Israël, a indiqué dimanche l'Autorité israélienne des Antiquités. Vieux de plus de 4000 ans, il est décoré de gravures.

Ce dolmen découvert près du kibboutz (village collectiviste) Shamir en Haute Galilée est unique en raison de ses dimensions et des "décorations artistiques" sur son plafond, précise le communiqué de l'Autorité des Antiqués.

Les dolmens sont des constructions destinées à abriter les morts. Ils sont constitués d'une dalle de pierre reposant sur des piliers également en pierres.

Os humains retrouvés

"Il s'agit de la première présence artistique avérée dans un dolmen au Moyen-Orient", affirme l'archéologue Uri Berger. Le professeur Gonen Sharon, un autre archéologue du Collège Tel Hai associé aux fouilles, a précisé qu'il s'agissait d'une tombe "où des os humains ont été retrouvés".

Sur le dolmen, une quinzaine de signes gravés ont été découverts mais il est "difficile d'en déchiffrer la signification, il pourrait s'agir d'arcs, d'oiseaux ou d'âmes s'envolant vers le ciel", a-t-il ajouté.

Pierre de 50 tonnes

Le dolmen découvert remonte à l'âge de bronze intermédiaire (plus de 4000 ans) et se trouve au milieu d'autres dolmens. La pierre utilisée pour le couvrir pèse 50 tonnes. "Nous n'avons aucune idée de la manière dont ceux qui ont construit cet édifice ont pu soulever une masse aussi énorme", a reconnu le professeur Gonen.

La chambre qui se trouve à l'intérieur de ce monument mesure deux mètres sur trois. "Ces dimensions prouve à l'évidence que l'édifice n'a pas été érigé par une tribu de nomades, mais bien dans le cadre d'une société disposant d'une structure de pouvoir capable de mobiliser des énergies et des technologies", a poursuivi l'archéologue.

"Mais la culture du peuple qui a construit ces dolmens constitue un des grand mystère archéologique en Israël", a ajouté l'Autorité des Antiquités.

ATS

 Toute l'actu en bref